Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.

Invité
avatar


Invité

Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Lun 7 Déc - 9:27
Charlie

   
CaMury

Prénoms : Charlie Nom de famille : CaMury Statut du sang : Mêlé Origine géographique : Anglaise Âge et date de naissance : 28 ans - on ne sait pas exactement quand elle est née, mais elle a été déposée en plein mois de décembre devant la porte d'un orphelinat. Donc Décembre 1953   Orientation sexuelle : Hétérosexuelle Particularité : est un loup-garou Métier : chasseur Miroir de Rised : Fernrir Greyback, à ses pieds, la suppliant de ne pas accomplir sa vengeance Epouvantard : La pleine Lune Patronus : une chauve-souris Composition de la baguette : bois de cerisier, crin de sombral, 26 cm Tendance : Neutre Animal de compagnie : Se suffit à elle-même Featuring : Marie Avgeropoulos Crédits : CryingToYourHeart
   


   
You are unique

   
Caractère La rancune est le sentiment qui habite Charlie depuis vingt ans. Elle a pris possession d’elle et ne s’en ira que lorsqu’elle aura accompli sa vengeance – et encore, ce n’est même pas sûr étant donné qu’à présent, c’est beaucoup trop ancré en elle pour que ça ne soit plus naturel. Charlie a toujours eu un très mauvais caractère. Quand on a grandi au beau milieu de centaine d’enfant, on se forge un caractère solide car même s’il y avait des adultes pour les cadrer, c’est malgré tout la loi de la jungle et pour ne pas se retrouver victime des plus fortes têtes, il valait mieux savoir se défendre. Après des années d’expérience, Charlie est devenue la championne des réponses au tac au tac. Parfois, elle ne réfléchit pas à ce qu’elle dit et il lui est souvent arrivé de blesser ceux à qui elle accorde un peu d’importance. Ce qui l’emmène ensuite à s’en vouloir et à vouloir se rattraper, mais étant donné qu’elle n’est pas très douée dans le relationnel, elle est beaucoup plus maladroite qu’autre chose, et bien souvent, elle s’enfonce plus qu’autre chose sans réelle possibilité de s’en sortir. Du coup, elle a un nombre très limité de proche. Et puis, être entourée n’est vraiment pas dans sa nature. Charlie est assez solitaire et se complait dans sa solitude car elle a trop souvent eu son cœur malmené suite à la perte de ceux qu’elle aimait un tant soit peu.
En grandissant seule, suite au drame qui a provoqué un énorme tournant dans sa vie, Charlie a dû faire tout son possible pour survivre, rentrant dans la peau de personnage qui sortait tout droit de son imagination, développant ainsi son art du mensonge. Elle savait cacher n’importe quelle vérité sur elle et était tellement plongée dans son personnage que personne ne voyait la différence entre le vrai et le faux. C’est ainsi qu’elle a réussi à s’en sortir seule. La jeune femme a également développé son pouvoir de séduction très tôt. Petite, elle était mignonne et arrivait à amadouer les gens avec sa bouille d’ange pour obtenir ce qu’elle voulait. En grandissant, ça a pris un tout autre sens. Elle sait jouer de toutes ses qualités physiques pour avoir ce qu’elle souhaite. Attention, elle ne se vend pas pour autant, mais quand les temps sont durs, la fin justifie les moyens !
Mis à part ça, Charlie peut être quelqu’un d’agréable et de gentil quand on donne la peine de s’intéresser à elle et surtout, si elle daigne laisser entrer quelqu’un dans sa vie – ce qui est assez difficile pour elle à faire. Néanmoins, elle se considère comme un être libre malgré la situation dans laquelle elle vit actuellement.


   
This is a new world

   
Le commencement des districts Charlie n’a choisi aucun clan mais elle a refusé de quitter son terrain de chasse lorsqu’on le lui a ordonné, du coup, elle a été envoyée dans le cinquième district avec les autres. Elle s’est débattue et a refusé de rentrer dans la matrice mais le capitole avait beaucoup plus de pouvoir qu’elle et elle n’a pas eu d’autre choix que d’atterrir dans les Highlands, cette région désolée et aux conditions de vie extrêmement difficiles. Néanmoins, le côté loup-garou de sa personne s’est émerveillé face aux paysage sauvages qui offraient un terrain de chasse fabuleux. Du coup, on peut aisément dire que Charlie s’est plutôt bien adaptée au district, même si certains jours sont plus difficiles que d’autres.
Le désir premier de la jeune femme était de profiter de cet isolement pour élaborer un mille et unième plans pour accomplir sa vengeance envers celui qui a fait d’elle un loup-garou, la privant ainsi d’une enfance relativement normale, mais ‘malheureusement’ pour elle, on l’a intégré à la communauté et est obligée de faire bonne figure auprès des autres, surtout envers ceux qui sont « responsables » du district 5. La vie en communauté n’est pas ce qu’elle préfère, mais elle s’y pli du mieux qu’elle peut, bien que parfois, ce soit difficile pour elle de ne pas ouvrir sa bouche et dire tout haut sa façon de penser.
Néanmoins, être enfermée dans un district ne l’empêche pas de se faufiler dans les autres districts à la recherche de celui qui a fait d’elle une créature de la nuit.


   
Behind the mask

   
Pseudo Mad Hat Ton âge 24 ans Comment as-tu connu The Blood Games ?Via une pub FB As-tu un double compte ? Non ^^ Ton personnage est : Un scénario Une remarque ? Hâte d'en découvrir un peu plus   (Et le boulet que je suis à mal écrit le prénom de Charlie à son inscription à cause de l'habitude et du manque de réveil donc si un gentil admin pouvait passer par-là et me changer ça   )

   


Dernière édition par Charlie CaMury le Mar 8 Déc - 10:07, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


Invité

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Lun 7 Déc - 9:27

L'Histoire

   
sans fin

   
   
I'm gonna marry the night



   
Histoire
CHAPITRE 1

Lors d’une nuit noire et froide de l’année décembre 1953, sur les marches menant à l’orphelinat, une femme s’approcha furtivement de la porte. Dans ses bras, un bébé emmailloté dans des couvertures pour lui tenir chaud. Le bébé est calme, il dort. Mais elle savait que dès qu’il se rendrait compte qu’il n’était plus dans les bras de sa mère, il se mettrait à pleurer et serait trouvé d’une façon ou d’une autre. Sans une dernière parole, sans un moindre baiser, le bébé fut déposé et la femme disparut dans la nuit en courant. Comme prévu, il ne fallut que quelques minutes à ce bébé pour se rendre compte qu’il était posé sur un sol dur et froid que même les couvertures n’arrivaient pas à occulter totalement. Des pleures déchirèrent le silence de la nuit. N’obtenant pas de réponse immédiate, les pleures redoublèrent jusqu’à attirer l’attention d’une personne habitant l’orphelinat : un petit garçon âgé de six ans. Malgré l’interdiction de sortir dehors au beau milieu de la nuit, le petit Nolan ouvrit la porte et découvrit le bébé. Sans plus attendre, et comprenant qu’il avait été abandonné comme tous les enfants présents dans cet établissement, il se saisit de ses mains maladroites le bébé et referma la porte. Le bébé cessa quasiment aussitôt de pleurer. D’un pas incertain étant donné qu’il n’était pas habitué à porter de bébé, Nolan alla trouver Miss Kringle, la gérante de l’orphelinat. Il redoutait cette femme qui était effrayante et qui parlait incroyablement fort, mais il ne pouvait pas cacher ce bébé car quelqu’un finirait par s’en rendre compte et il serait fortement puni. De toute manière, il serait quand même puni car il aurait dû se trouver dans son lit et non dans les couloirs étant donné l’heure tardive. Mais dans l’instant présent, le petit Nolan se fichait de la punition qui l’attendait car il avait fait une bonne action : il avait sorti le bébé du froid hivernal.
- Qu’est-ce que tu fais en dehors de ton lit, toi ?! Et c’est quoi c’que tu tiens dans tes bras ?! lâcha Miss Kringle lorsqu’il ouvrit la porte de son bureau après avoir préalablement frappé.
- Je suis désolé Miss Kringle mais j’ai trouvé un bébé devant la porte… répondit-il d’une petite voix.
Un soupire d’agacement s’échappa des lèvres de la gérante de l’établissement. Elle se leva et se dirigea droit vers Nolan qui, instinctivement, resserra ses bras autour du bébé, provoquant une plainte d’inconfort de la part de celui-ci. Miss Kringle se saisit du bébé et alla le déposer sur sa table de bureau. Elle lui retira petit à petit ses couvertures, le libérant ainsi. Les gestes de la gérante étaient minutieux. Elle regardait les couvertures avec attention, cherchant un quelconque indice sur ce bébé, son nom, son prénom, la raison de son abandon. Mais rien. Ce bébé, simplement vêtu d’un pyjama vert, était anonyme. Elle lui retira le bas du pyjama et ouvrit la couche avant de déclarer :
- On compte une nouvelle fille.
- Est-ce qu’elle a un prénom ? demanda Nolan qui semblait avoir oublié qu’il ne devrait pas se trouver là.
- Non pas que je sache.
- Est-ce qu’on peut l’appeler Charlie ? J’aime bien ce prénom et puis… Sa voix se fit un peu plus basse pour continuer : je l’ai trouvé…
Miss Kringle considéra quelques instants l’enfant puis baissa les yeux vers la petite fille qui gigotait sur son bureau.
- Si tu veux, on peut l’appeler Charlie. Maintenant, retourne dans ton lit, tu la verras demain matin.
Avec un sourire qui remonta jusqu’à ses oreilles, Nolan quitta le bureau de Miss Kringle, heureux de ne pas avoir écopé de punition, et retourna dans son lit.

CHAPITRE 2

- Charlie ! Charlie ! Où es-tu ?!
La voix de Nolan se faisait entendre dans quasiment tout l’orphelinat. Charlie, âgée de 4 ans, s’était cachée derrière un énorme rideau. Les mains plaquées sur sa bouche, elle se retenait de ne pas éclater de rire. Nolan et elle s’étaient décidés à jouer à cache-cache mais à chaque fois, il mettait beaucoup plus de temps à la trouver que le temps qu’elle mettait pour le trouver. Et pour faute, depuis qu’elle savait marcher, la petite Charlie avait arpenté en large et en travers l’orphelinat, trouvant les meilleures cachettes pour gagner contre Nolan qui avait aujourd’hui 10 ans. Depuis le premier jour, le jeune garçon s’occupait de Charlie comme si elle était sa sœur. Ils étaient inséparables et il était logique pour eux deux qu’ils seraient toujours ensemble.
- Charlie, montres toi ! C’est pas drôle ! Charlie !
Un petit rire s’échappa des lèvres de la fillette et Nolan mit la main sur elle quasiment aussitôt. Il semblait vraiment soulagé de l’avoir retrouvé tandis que Charlie éclatait de rire.
- Tu m’as fait peur ! J’ai cru que tu avais disparu !
- Mais non, j’étais bien cachée, répliqua-t-elle. Nolan a perdu !

Dans le bureau de Miss Kringle, Charlie, 6 ans, avait les cheveux complètement ébouriffés et les joues rouges de colère tandis qu’un des garçons de son âge pleurait toutes les larmes de son corps en la montrant du doigt, expliquant tant bien que mal qu’elle s’était jetée sur lui pour le griffer et le mordre. Ce qu’il omettait de dire, c’était qu’il avait fait un croche patte à la fillette et qu’elle n’avait fait que se défendre. Mais Charlie ne desserra pas les dents. Elle ne chercha pas à se justifier parce qu’elle considérait qu’elle n’avait pas à le faire. Miss Kringle se devait de savoir que si elle faisait ça, c’était parce qu’on l’avait attaqué en premier et pas par plaisir. Sauf que Miss Kringle ne voyait que son mauvais caractère et n’allait pas chercher beaucoup plus loin.
- Charlie, c’est la troisième fois ce mois-ci que tu fais du mal à tes camarades, lâcha-t-elle. Je suis obligée de te punir.
Le regard planté dans celui de Miss Kringle, Charlie ne cligna pas un seul instant des paupières. Le petit garçon continuait de pleurer à cause de la morsure à sa joue qui continuait encore de gonfler.
- Tu débarrasseras les tables pendant deux jours, sanctionna la gérante. File !
Sans un mot, Charlie tourna les talons et quitta le bureau tout en serrant les poings. Nolan l’attendait derrière la porte. Il s’approcha d’elle, inquiet.
- Qu’est-ce qu’elle t’a dit ?
- J’suis punie, comme d’habitude, répondit-elle.
- Et tu lui as dit que c’est lui qui a commencé ?
- Pourquoi faire ? Elle s’en fiche toute façon.

Charlie avait réellement commencé à se détacher de Nolan pour se faire d’autres amis vers l’âge de 6 ans et demi. Étant une forte tête, certaines filles avaient un peu peur d’elle, la fillette n’avait pas beaucoup d’amies filles. Elle en avait quelques uns chez les garçons, ceux qui ne cherchaient pas à lui tirer les cheveux et à lui voler ses bonbons quand on leur en donnait. Ceux-là, Charlie se battait avec eux et finissait assez souvent punie alors que théoriquement, ce n’était pas elle la fautive.
Jusqu’à cet âge là, la fillette n’avait jamais réellement compris qui était ces adultes qui venaient une ou deux fois avant de ne plus jamais revenir avec un enfant de l’orphelinat, mais lorsqu’elle comprit qu’il s’agissait de parents qui cherchaient à adopter un enfant, elle crut sincèrement qu’un jour, elle pourrait avoir un papa et une maman. Deux personnes qui l’aimeraient, qui comprendraient que si elle se battait, c’était parce qu’on était méchant avec elle, et qui ne la puniraient pas. Il était bien évident pour elle que si un jour, elle était adoptée, se serait avec Nolan. Parce que Nolan et elle étaient inséparables. Ils ne pouvaient pas être l’un sans l’autre. Une fois, elle avait découpé les magnifiques cheveux blonds d’une petite peste qui s’amusait à dire aux autres que Charlie était amoureuse de Nolan. C’était faux ! Nolan était son frère, pas son amoureux. Mais ça avait bien fait rire la petite blonde. Mais elle n’avait pas ri très longtemps, Charlie s’en était assurée. Elle avait d’ailleurs écopé une énième punition pour ça.

Être adopté finalement, ça n’avait pas que des avantages enfin de compte. Les adultes qui venaient ne posaient que très rarement les yeux sur elle. Aillant bien souvent un coup de foudre pour une fillette toute mignonne et polie ou un petit garçon sage et brillant. Et le pire, c’était quand un de ses amis était adopté parce qu’elle savait que plus jamais elle ne le verrait et ça lui était extrêmement difficile. Heureusement pour elle, elle avait toujours Nolan, mais à force de perdre ses amis, Charlie commença à se renfermer sur elle-même. Même Nolan n’arrivait plus à lui faire entendre raison. Elle parlait de moins en moins.

À force de faire sa mauvaise tête, elle ne se rendit même pas compte qu’un couple envisageait d’adopter Nolan, malgré les réticences de celui-ci à la laisser. Il était extrêmement tenté à l’idée d’être adopté, mais il ne voulait pas laisser Charlie derrière lui.
- Je vais être adopté, tu sais… lui dit-il alors que le couple était venu pour la troisième fois afin de remplir les papiers d’adoption.
- Quoi ?!
Charlie venait de fêter ses 8 ans et ne possédait quasiment plus aucun ami, hormis Nolan qui restait fidèle au poste. Celui-ci avait à présent 14 ans, et il avait perdu espoir d’être adopté étant donné son âge, tout comme Charlie qui avait adopté l’idée qu’ils seraient toujours deux orphelins.
- Je leur ai dit que ce serait bien qu’ils t’adoptent aussi, mais ils ne veulent pas… ils disent qu’ils n’ont pas assez de place. Ils ont déjà un enfant. Un petit garçon de 5 et qui…
Charlie n’écoutait plus. Elle avait cessé d’écouter lorsqu’il lui avait dit qu’ils ne voulaient pas l’adopter elle, afin qu’ils soient toujours ensemble, afin qu’ils deviennent réellement des frères et sœurs, avec le même nom de famille. De rage, la jeune fille se leva sur ses pieds et courut jusqu’au bureau de Miss Kringle. Nolan, dérouté, mit quelques secondes avant de se lever à son tour et de la poursuivre.
Charlie pénétra dans le bureau avec fracas et se dirigea tout droit vers le couple qui se trouvait là. Rouge de colère elle alla se planter juste devant eux, les fusillant du regard et cria :
- Vous avez pas le droit d’adopter Nolan ! Nolan doit toujours rester avec moi !
- Charlie qu’est-ce que tu… commença Miss Kringle, mais elle n’eut pas l’occasion de terminer sa phrase.
- C’est mon frère ! Vous avez pas le droit de nous séparer ! Vous avez pas le droit ! Il partira pas avec vous ! C’est mon frère à moi !
Le couple la fixa complètement ahuri tandis que Nolan arrivait aussi dans le bureau. Il s’approcha de Charlie et posa sa main sur son épaule, tentant de la calmer, mais la jeune fille se mit à se débattre tout en continuant de crier qu’on ne pouvait pas adopter Nolan sans l’adopter elle aussi. Sauf qu’elle savait pertinemment que personne ne voudrait jamais d’elle parce qu’elle n’était pas la petite fille rêvée. Elle n’était pas une enfant calme, elle n’était pas toujours polie…
- Monsieur et Madame CaMury, je suis sincèrement désolée pour ça, s’excusa Miss Kringle. Charlie est très attachée à Nolan, mais ne vous en faites pas, elle finira par comprendre…
Un surveillant arriva et fit sortir Charlie qui continua de se débattre. Elle supplia Nolan de ne pas la laisser toute seule mais elle ne put en faire plus car on la conduisit jusqu’à son dortoir où elle fut punie.
Assise, les genoux remontés sous son menton, elle fixait un point invisible quand Nolan réapparut. Il alla s’asseoir à côté d’elle. Plusieurs secondes s’écoulèrent avant qu’il n’ouvre la bouche :
- Je ne pars plus. Monsieur et Madame CaMury m’ont demandé ce que je voulais et j’ai décidé de rester avec toi.
Les larmes envahirent les yeux de Charlie puis elle alla se caler contre lui. Encore une fois, personne n’avait réussi à les séparer. Mais pour une durée beaucoup trop courte.

CHAPITRE 3

Il s’écoula deux mois depuis le jour où Nolan avait refusé d’être adopté par les CaMury. Deux mois pendant lesquels, Charlie fut plus qu’heureuse de savoir que son frère ferait tout pour qu’ils ne soient jamais séparés. Et si un jour, d’autres parents souhaitaient faire de même, ils insisteraient pour être adoptés ensemble ou sinon rien. C’était une promesse qu’ils s’étaient faites et elle savait que Nolan ne la trahirait jamais. La jeune fille s’était même calmée et plus ou moins assagie, même si elle continuait de faire entendre un peu parler d’elle. Après tout, c’était dans sa nature de se faire remarquer. Sauf que le bonheur fut réellement de courte durée…

Alors qu’elle dormait profondément dans son petit lit, absolument rien ne semblait prédire que quelque chose de terrible arriverait. Charlie fut réveiller par un grand fracas et des hurlements à en glacer le sang. D’un bond, la fillette se redressa hors de son lit tandis que ses camarades qui partageaient le même dortoir faisait de même. Étant sans aucun doute la plus courageuse de toute, Charlie eut l’audace d’aller vers la porte mais malgré elle, elle ne réussit pas à cacher ses tremblements. Elle était morte de peur mais elle avait lu dans les livres que tous les héros étaient habités par la peur et c’était ce qui faisait leur plus grande force. Elle n’eut pas le temps d’ouvrir la porte que celle-ci s’ouvrit avec fracas, laissant apparaître Nolan qui venait la chercher. Il saisit sa petite main et ordonna aux autres de fuir.
Dans les couloirs de l’orphelinat, c’était la cohue. Tout était tellement rapide que Charlie ne vit probablement pas plus de la moitié de ce qui se déroulait autour d’elle. Elle sauta par-dessus les cadavres de certains de ses camarades. Au départ, elle en regarda quelques uns, le regard rempli d’effroi, mais Nolan lui ordonna de continuer de courir. A certains endroits, les corps sans vie s’entassaient plus que dans d’autres. Les cris continuaient de transpercer les oreilles de Charlie qui aurait presque tout donné pour devenir sourde à cet instant, afin de ne plus avoir à subir les hurlements d’agonie de ceux qu’elle avait toujours connu. Continuant de courir, ils furent rapidement rattrapés par ce qui provoquait ce carnage et Charlie aurait peut-être eu le temps d’être surprise si elle n’avait pas été morte de peur à cet instant. Un loup gigantesque, le poil poisseux du sang des personnes résidantes à l’orphelinat, les prit en chasse. Un cri mourut dans la gorge de Charlie mais Nolan la pressa du mieux qu’il pouvait. Il n’y avait aucun espoir pour eux deux de survivre. Ils allaient finir massacrer comme tous les autres. Étaient-ils les derniers survivants ? Non. Charlie était certaine qu’elle entendait encore des enfants pleurer. S’ils ne fuyaient pas, ils risqueraient de mourir, comme les autres, mais elle avait tellement peur pour sa vie qu’elle ne pouvait pas se préoccuper des autres.
Le loup-garou les rattrapa en un rien de temps, bien que cela sembla durer plusieurs minutes et au moment où il attaqua, Nolan protégea Charlie en la retirant des griffes de la bête in extremis. En pénétrant dans la salle du séjour, ils découvrirent Miss Kringle, fortement blessée, mais sur ses deux jambes. Elle les plaça derrière elle, souhaitant les protéger, mais elle était trop blessée pour faire quoi que ce soit et le loup-garou termina de l’achever. Charlie avait trouvé refuge dans un coin de la pièce, derrière l’énorme fauteuil où elle adorait s’asseoir quand il était libre. Recroquevillée sur elle-même, elle capta le regard de Nolan qui s’était aussi caché, mais malheureusement, la créature le retrouva et l’acheva, sous ses yeux. Un hurlement s’échappa de la bouche de Charlie et alors qu’elle pensait être la suivante, le loup reprit forme humaine. Se tassant un peu plus sur elle-même, des larmes coulaient à flot sur ses joues. Elle s’attendait à mourir mais au lieu de quoi…
- Arrête de pleurer. Tu as survécu parce que la nature t’a jugé assez forte pour le faire. Prend ça pour une bénédiction.
Dans l’immédiat, Charlie ne comprit pas du tout les paroles de celui qui se tenait devant elle. Ce fut quand il lui tourna le dos pour s’en aller que son corps se déverrouilla et elle se précipita vers le corps sans vie de Nolan, le serrant contre elle et pleurant de tous son saoul.
Des heures semblèrent s’écouler quand elle entendit le bruit de sirènes. Charlie reprit ses esprits et quitta les lieux du massacre. Elle était la seule survivante et s’en était tiré, en tout et pour tout avec une seule et unique égratignure au bras. Elle était très loin de se douter que cette blessure ferait ensuite de sa vie un véritable enfer.

Ne souhaitant nullement être retrouvée, Charlie se cacha pendant plusieurs jours dans les rues de la ville. La faim lui tiraillait violement le ventre. Parfois, c’était tellement violent qu’elle faisait les poubelles pour pouvoir manger. À plusieurs reprises, on faillit mettre la main sur elle, mais elle s’enfuyait à chaque fois, se cachant dans un coin sombre, là où on ne pourrait pas la retrouver. Dans les journaux, il avait été déclaré qu’il n’y avait aucun survivant à l’orphelinat. Les nuits de la fillette étaient peuplées de cauchemars. Les remords ne la quittaient pas un seul instant. C’était de sa faute si Nolan était mort. Si elle l’avait laissé partir avec les CaMury, il aurait survécu. Il serait toujours là et cette idée la faisait fondre en larmes.
L’hiver était rude, les nuits froides. À chaque seconde qui s’écoulaient, Charlie s’attendait à mourir, mais il semblerait que même lorsqu’elle souhaitait mourir, la vie continuait de s’accrocher à elle. C’était sans doute ce qui faisait d’elle une battante…

La première pleine lune arriva et Charlie connu l’horreur de la malédiction de la pleine lune. La transformation fut plutôt violente et fit énormément souffrir la fillette. Elle reprit conscience le lendemain matin, dans la forêt alentour de la ville. Frigorifiée, elle ne put se cacher très longtemps car une femme la découvrit et l’emmena immédiatement avec elle. Charlie n’eut guère la force de s’enfuir et fut emmenée à l’hôpital pour être examinée. Elle souffrait de malnutrition et fut prise en charge. Des vêtements lui furent donnés pour qu’elle puisse s’habiller. Quand on lui demanda quel était son nom de famille, Charlie leur répondit :
- CaMury. Charlie CaMury.
Les larmes envahirent à nouveau ses yeux. CaMury aurait été le nom de Nolan si elle n’avait pas interféré à son adoption. Ça aurait été son nom de famille et il aurait été toujours vivant. Même si elle affirma ne pas avoir de parents, l’hôpital fit des recherches et découvrirent qu’un couple portait ce nom de famille. Ils furent donc contactés et aussi étrange que cela puisse paraître, ils vinrent à l’hôpital. Ils se présentèrent à Charlie, qui baissa honteusement la tête pour avoir usé leur nom de famille. Ce qui lui avait semblé être une bonne idée s’avéra ne pas l’être.
Elle fut obligée de leur raconter qu’elle avait survécu à l’attaque de l’orphelinat, mais elle tut la véritable nature du tueur. On la prendrait pour une folle si elle racontait qu’un loup-garou était responsable du carnage. Elle préféra dire qu’elle n’avait rien vu, qu’elle s’était cachée tout le long. Bien évidemment, elle dût répéter cela à la police étant donné qu’elle était un témoin. Au cours de son séjour hospitalier, une assistante sociale vint la voir suite à son statut d’orpheline, mais les CaMury prirent la décision de devenir sa famille d’accueil pendant un temps. Pourquoi s’intéressaient-ils à elle brusquement ? Parce qu’ils n’avaient pas pu avoir Nolan ils se retranchaient sur cette petite fille à la forte tête ?

Après quelques temps passés à l’hôpital, Charlie fut installée chez les CaMury et leur petit garçon. Cependant, elle se renferma sur elle-même, restant distante avec les habitants de la demeure. Se trouver au sein d’une famille était nouveau pour Charlie et aussi bizarre que cela puisse paraître, elle regrettait profondément les bruits auxquels elle était habituée à l’orphelinat. On la força à avoir une vie normale et à aller à l’école. C’était la première fois qu’elle mettait les pieds dans un établissement de ce genre et elle n’aima pas ça. Trouble fête, elle attira plus de problème qu’autre chose aux CaMury qui s’entêtèrent à vouloir faire d’elle une enfant normale. Sauf qu’elle était tout sauf normale. Les nuits de pleine lune, elle faisait le mur en s’enfuyant de la maison pour aller trouver refuge dans la forêt, pour revenir au petit matin, épuisée et malade. Tous les efforts des CaMury pour socialiser Charlie furent malheureusement en vain.

CHAPITRE 4

Même si jamais elle ne s’habitua à sa nouvelle vie dans la famille CaMury, Charlie y resta parce qu’elle n’avait nulle part d’autre où aller. Une monotone s’était installée et la demoiselle s’ennuyait ferme. Tous les soirs de pleine lune, elle s’enfuyait et revenait sans que personne ne s’en rende compte. Sa famille d’accueil avait bien des soupçons, mais comme elle ne s’était jamais faite prendre, ils la laissaient tranquille, pensant qu’il ne s’agissait que de suspicion à cause de son mauvais caractère. À l’école, la jeune fille se montrait turbulente et causait quelques soucis à ses camarades et instituteurs. Mais encore une fois, elle n’agissait ainsi que parce qu’on venait l’embêter et qu’elle voulait simplement rester seule dans son coin.

Très rapidement, Charlie fêta ses onze ans et elle n’avait pas idée d’à quel point cette année changerait le cours de sa vie. Fin Août arriva et un vieux bonhomme, chapeau pointu et grande barbe débarqua devant la porte des CaMury. Albus Dumbledore venait d’apparaître en personne là où résidait la jeune fille. Cependant, avant d’aller lui parler, celui-ci pris du temps pour expliquer la situation à la famille d’accueil de cette demoiselle ‘exceptionnelle’. Bien évidemment il omit de leur annoncer le problème lunaire de leur petite protégée. Bien que cela ait pris du temps pour les CaMury d’accepter la vérité, cela fut encore beaucoup plus difficile pour Charlie. Ce fut avec précaution qu’il pénétra dans la chambre où elle restait enfermée la plupart du temps. Au fond, elle s’était toujours sentie différentes des autres enfants avec qui elle avait grandi pendant huit années, mais jamais elle n’aurait pu imaginer être une sorcière. Quoi que… pourquoi pas ? Après avoir découvert que les loups-garous existaient, pourquoi pas les sorciers ? Sauf que Charlie était tellement préoccupée par ce qu’elle considérait comme une malédiction qu’elle n’avait pas réfléchie plus en avant à la possibilité qu’il y ait également autre chose. Après des heures et des heures de conversation, Dumbledore s’en alla, donnant rendez-vous à la jeune fille le 1er septembre à Poudlard. La veille de cette fameuse journée, Charlie reçut la visite d’un sorcier chargé de l’emmener, elle et les CaMury, faire ses achats sur le Chemin de Traverse.
Pour la première fois de sa vie, Charlie ne se sentit pas différente des autres. Tout du moins, pas autant qu’au milieu des moldus avec qui elle avait passé sa vie. Elle suivit sans un mot son guide tandis que les CaMury s’extasiait par toutes ces nouveautés qui avaient fortement altéré à leur réalité. La journée défila et une fois de retour chez elle, on lui donna son billet de train, lui donnant ainsi rendez-vous sur le quai de la voie numéro 9¾ à la gare de King Cross, à Londres. Les CaMury se chargèrent de l’emmener jusqu’à la gare et ils y retrouvèrent le sorcier qui leur montra la voie. Son rôle étant terminé, il quitta les CaMury et à partir de ce jour, Charlie ne revit plus ce sorcier qui avait été envoyé par Dumbledore.
Dans le Poudlard Express, Charlie se dégota un wagon vide et passa le trajet dans son coin. Le wagon avait fini par se remplir de quelques étudiants. Certains avaient essayé de lui parler, mais elle n’avait pas décroché un mot. Se lier d’amitié, ce n’était pas fait pour elle. Elle avait perdu trop de gens pour espérer un jour se faire des amis. La crainte de les perdre à un moment ou un autre la bloquait dans le relationnel.

À Poudlard, Charlie fut envoyée à Serpentard et elle y passa ses sept années d’étude. Elle n’avait pas vraiment d’amis, simplement quelques connaissances avec qui elle était obligée de parler pour des raisons diverses et variées. Quant à son problème lunaire, Dumbledore fit le nécessaire pour qu’elle passe ses nuits de pleine lune tranquille. Bien que certain de ses camarades se posèrent des questions, Charlie réussit avec brio à garder le secret auprès des autres élèves de Poudlard, la solitude aidant plus que nécessaire ! Les notes de la demoiselle étaient bonnes sans pour autant viser l’excellence. Il n’y avait qu’en cours de métamorphose, sortilège et défense contre les forces du mal qu’elle donnait réellement le meilleur d’elle-même, adorant apprendre de nouveaux sorts. Les autres matières lui semblaient vraiment inutiles et cela se faisait ressentir par moment, comme en astronomie et en divination par exemple.
Tous les étés, elle retournait chez les CaMury, mais à partir de l’âge de 15 ans, Charlie commença à se faire de plus en plus absente dans le domicile « familial ». Elle savait que le jour où elle aurait 17 ans et qu’elle quitterait Poudlard, elle quitterait également sa famille d’accueil. Et sa septième année défila rapidement, la faisant quitter Poudlard avec ses ASPIC.

CHAPITRE 5

Comme prévu une fois Poudlard terminé, Charlie quitta les CaMury, les remerciant malgré tout pour leur patience et leur gentillesse à son égard. Elle était persuadée qu’ils auraient fait des magnifiques parents pour Nolan. Et oui… Malgré les années, la petite louve n’avait jamais oublié celui qu’elle considérerait toujours comme son frère. Un frère qui lui avait été retiré en même temps que son enfance lui avait été volé. En grandissant, Charlie n’avait jamais réussi à tourner la page. Elle continuait à être pleine de rancœur et d’animosité envers celui qui avait fait d’elle un monstre. Aurait-elle été différente si cela n’avait jamais eu lieu ? Possible. Mais elle ne pouvait pas changer le passé alors elle se contentait de cette rancune, se jurant que si un jour elle venait à croiser celui qui avait fait de sa vie un enfer, il paierait cher. Tellement cher qu’il en pleurerait !

Après avoir quitté les CaMury, Charlie a vécu dans le monde sorcier à l’écart des autres. Pour survivre, elle trouva un petit travail en tant que serveuse. Mais cela ne dura que quelques mois avant qu’elle ne prenne la décision de vivre en marge de la société. Elle se trouva une vieille petite bicoque au milieu de nulle part. Pendant des mois et des mois, elle travailla à rénover sa petite maison pour la rendre habitable et assez confortable pour que ça n’ait pas l’air lugubre. En marge de la société, la jeune femme n’avait aucun souci à dissimuler son véritable visage lors des pleines lunes. Elle était assez éloignée pour savoir que sa bête se contenterait des animaux sauvages. D’ailleurs, étant loin des civilisations, Charlie apprit à chasser des animaux et à trouver des plantes comestibles. Parfois, la faim se faisait plus que présente, si bien que cela la replongeait à quand elle était une enfant et avait fui le massacre de l’orphelinat où elle avait commencé à grandir. Quand les animaux se faisaient rare, Charlie se rendait en ville afin d’obtenir de quoi survivre. Sauf qu’elle n’avait quasiment pas un sous alors elle se mit à user de ses charmes pour pouvoir survivre. Parfois, elle était obligée de procéder de cette façon plusieurs fois d’affilé, si bien qu’elle entra parfaitement dans les rôles qu’elle se donnait. Elle devint une excellente actrice et cela lui plus peut-être presque plus que de raison. Être au contacte des gens pour leur subtiliser de quoi survivre avait quelque chose de plus amusant qu’être au contact de ces gens, juste pour discuter et manger autour d’une table.

Cette petite vie plaisait vraiment à Charlie, mais malheureusement, l’année de ses 24 ans, quelque chose de tragique se produisit : Dumbledore mourut de la main de Lord Voldemort. La jeune femme ne s’était pas du tout intéressée aux problèmes que rencontrait le monde sorcier étant donné qu’elle était presque coupée de tout, là où elle vivait, mais nul ne pouvait ignorer une telle nouvelle. Aussi étrange que cela puisse paraître, Charlie fut touchée par cette nouvelle. Elle avait vraiment apprécié le directeur de Poudlard. Seulement voilà, elle ne pouvait rien faire de plus que d’avoir une pensée respectueuse envers cet homme et continuer sa vie. Sauf que ça aussi, ça allait subir un profond bouleversement. Tom Jedusor prit le contrôle et instaura un régime et des districts. Se trouvant sur un territoire se situant au district 2, à l’heure actuelle, on lui demanda de jurer allégeance au Lord ou de quitter les lieux pour se rendre au district 5 qui se trouvait dans les Highland. Charlie refusa de jurer fidélité à qui que ce soit, ainsi que de quitter sa demeure, mais on lui força la main et elle fut obligée de partir.

Le district 5 était sans aucun doute l’endroit le plus désolé du monde. Néanmoins, pour Charlie qui savait saisir toutes les opportunités, elle voyait là un nouveau terrain de chasse. Elle aurait souhaité reprendre une vie plus ou moins similaire à celle qu’elle menait jusqu’à présent, mais ce n’était pas possible. On l’intégra à la communauté, pour son plus grand damne, et on lui confia un poste de chasseur. Ce dernier point ne la dérangeait pas vraiment puisqu’elle était plutôt douée pour ça. Quant à parler avec les autres, cela restait encore problématique pour elle, bien qu’elle soit obligée de faire des efforts.
Bien qu’elle n’ait pas le droit de sortir du district 5 pour s’aventurer dans les autres, Charlie prenait les devants et allait parfois chasser dans le district 4 quand la nourriture se faisait rare dans le district où elle résidait à présent. Ce fut au cours de ces petits voyages clandestins qu’elle découvrit qu’il existait une meute de loups-garous. Curieuse, la première pensée de la jeune femme fut d’espérer que celui qui avait fait d’elle une créature de la nuit s’y trouve, mais assez rapidement, elle se rappela qu’avec la chance qu’elle avait, c’était impossible. Néanmoins, la curiosité et le désir de vengeance étant plus fort, elle était bien décidée à aller vérifier par elle-même.
   


Dernière édition par Charlie CaMury le Jeu 10 Déc - 23:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Basile C. Prewett
∞ Parchemins : 47

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Lun 7 Déc - 11:06
Bienvenuuuuue ! :**:
Tu vas faire une heureuse je pense ! Bon courage pour ta fiche !

_________________

   
If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


Invité

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Lun 7 Déc - 13:44
Merci beaucoup

J'espère être à la hauteur
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


Invité

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Lun 7 Déc - 14:30
Youhou ! Ma pub sur boobook a marché

Déjà vu la tenue que tu portes, tu es à la hauteur de ma vision :litx:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


Invité

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Lun 7 Déc - 15:05
Ahahah ! Ravie que mon avatar te plaise
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


Invité

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Lun 7 Déc - 17:17
Bienvenue ici !! :sweet:

Hâte d'en savoir plus sur ton perso. :luv:
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Ronan Flint
∞ Parchemins : 13

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Lun 7 Déc - 19:25
bienvenuueeee I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Edward W. Knight
∞ Parchemins : 36

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Lun 7 Déc - 21:08
Ouai ! une coupine pour le 5 !!!

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche ^^

_________________

Edward W. Knight
"La nature fait les sorciers semblables, la vie les rend différents"


Dernière édition par Edward W. Knight le Mar 8 Déc - 16:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


Invité

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Lun 7 Déc - 21:18
Merci beaucoup

Edward > Vive le district 5 !! :45:
Revenir en haut Aller en bas
La roux tourne...
avatar


Robyn B. Weasley
∞ Parchemins : 108

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Mar 8 Déc - 15:30
Bienvenue Charliiiiiiiie !
Enfin une femelle en plus pour le district 5 !

Bon courage pour al suite de ta fichette

Des bisous,

Rob'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


Invité

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Mar 8 Déc - 16:55
Merci Robyn
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Roxanne A. Lestrange
∞ Parchemins : 45

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Mer 9 Déc - 18:25
Bienvenuuuuue ! Et quel choix de scénario

_________________
With a taste of poison paradise
Bang bang, I shot you down Bang bang, you hit the ground Bang bang, that awful sound Bang bang, I used to shoot you down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


Invité

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Mer 9 Déc - 22:20
Merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
I am the master of fright
avatar


The Blood Master
∞ Parchemins : 168

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Ven 11 Déc - 22:13

District 5



∞ Vivement la rencontre fatale entre les deux loups


Bravo à toi, tu as passé l'étape de la validation.

Tu vas enfin pouvoir venir t'amuser avec nous. Pour bien démarrer, n'oublie pas d'aller à l'état civil pour tous les recensement et demandes en tout genre (avatars, rang, logement, métier...). C'est dans ce coin que ça se passe.

Ensuite pense à ouvrir ton sujet de relations afin de te créer des liens avec toute la communauté de TBG. Il y a aussi la gestion des rps que tu trouveras par ici. Tu vas pouvoir organiser tes réponses mais aussi demander aux autres de rpotter avec toi dans leurs sujets.

D'autre part, pense à acheter un hibou car tu pourras en échanger avec les membres du forum juste là.

Toute l'équipe de the Blood Games te souhaite encore une fois la bienvenue, et espère que tu te plairas avec nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thebloodgames.forumactif.org
Invité
avatar


Invité

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Ven 11 Déc - 22:24
Merci
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

Re: Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Charlie ೨ Il ne faut pas enfermer le loup dans la bergerie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» 01. Faut pas pousser mémé dans les orties !
» Crème brûlée à la lavande
» Enfermé dans un cercueil par des voleurs...
» viko ▲ faut pas pousser mémé dans les orties.
» faut pas pousser mémé dans les orties (léon)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Blood Games :: Les Papiers du Ministère :: Quel est ton district ? :: Fiches de nos fantômes-