Stars can't shine whithout darkness ☆ Alcyone Yaxley

She walks in starlight in another world
avatar


Alcyone L. Yaxley
∞ Parchemins : 383

Stars can't shine whithout darkness ☆ Alcyone Yaxley   
Jeu 24 Sep - 20:55
Alcyone, Lux

   
Yaxley

Prénoms : Alcyone ; Le nom d'une étoile. La plus brillante étoile de l'amas des Pléiades. C'est aussi la femme de Céyx dans la mythologie, le conducteur des Astres et de la Lumière, l'étoile qui fait naître le jour. Lux ; En tout logique, son deuxième prénom signifie lumière en latin. Une luciole brillante au milieu des étoiles. Nom de famille : Yaxley ; Les Yaxley sont des sorciers dont l'arbre généalogique est lié à de nombreuses autres familles que ce soit par le passé ou le futur : Black, Howl, Carrow... Damon Yaxley est le chef de la famille. Lui et sa femme sont des mangemorts. Lors de la montée de Voldemort, il est devenu directeur de Poudlard. Ils possèdent des liens de parenté avec les Avery de part la mère de Damon. Statut du sang : Pur et limpide. La famille fait partie du registre de famille au sang le plus pur. Origine géographique : Anglaise, York Âge et date de naissance : 21 ans, 15 mars 1959 Orientation sexuelle : Hétéro Particularité : (magique, moldue...) Métier : Styliste. Depuis gamine, elle s'amuse avec les draps de son lit. Plis et replis, robe improvisée. Robe personnalisée. Si la famille voyait cela d'un mauvais oeil, à présent qu'elle s'occupe des tribus et que l'un d'entre eux a gagné, cela passe un peu mieux. Tant que cela plait au Lord, tout ira bien. Miroir de Rised : Son reflet laissant transparaitre la réussite. Epouvantard : Sa propre image, enceinte entourée d'enfant sans avoir pu accomplir ses rêve. Patronus : Un loup Composition de la baguette : Trente-un cm en tilleul argenté avec un crin de Kelpy à l'intérieur. Tendance : Neutre Animal de compagnie : Un chat noir nommé Méria. Featuring : Astrid F-Bergès Crédits : Loupiotre
   


   
You are unique

   
Caractère : Alcyone est aussi pétillante que son prénom. Intenable, insatiable. Impossible pour celle qui porte le prénom d'une étoile de tenir en place. Une boule d'énergie. Elle virevolte autant dans sa tête que dans ses émotions. Aussi attachante que méprisable, aussi drôle qu'exécrable, Alcyone peut afficher de multiples personnalités. Une chose de sûre ? Elle assume, ne regrette jamais rien. L'Etoile brille et dit tout haut ce qu'elle pense quitte à vexer ceux sur qui se fracassent ses joutes verbales. Extrême dans ses sentiments, lorsqu'elle aime, elle adore. Lorsqu'elle déteste, c'est pire que de la haine. Un brin vulgaire dans ses paroles, on ne s'attend pas à l'entendre jurer comme un charretier lorsque se dresse devant vous ce petit gabarit qui n’hésite pas à user de ses poings si vous l'énervez un peu trop. Créative, Alcyone a toujours aimé créé. Un simple morceau de tissu devient un t-shirt magnifique. Mais la création ne s'arrête pas à ses talents artistique et elle est venue une vraie petite femme d'affaire lorsqu'elle a récupéré le cabaret familiale. Ingénue et sans remord, elle exploite le sytème des district pour alimenter son gagne pain. En somme ? Alcyone cache plusieurs visages qu'elle réserve à chacun de ses interlocuteurs. Sur lequel allez-vous tomber ?


   
This is a new world

   
Le commencement des districts : Alcyone fait partie de ses sorciers aux sang-purs qui ne posaient pas trop de questions. Elle s'entendait bien avec quelqu'un ? Pourquoi se soucier d'autre chose après tout ? Seulement lorsqu'on s'appelle Yaxley, ce genre d'attitude cela ne passe pas. Le patriarche a eu vite fait de recentrer sa fille à plusieurs reprises. Elle est doucement rentrée dans le moule même si plus d'une fois, elle s'est échappée des sentiers battus. Lorsqu'il y a eu cette prise de pouvoir à Poudlard puis ce reversement total, l'Etoile n'a pas tout de suite compris ce qui se passait. Puis Tom Jedusor s'est emparé du commandement. Si elle avait toujours entendu son nom chuchoté dans les couloirs de sa maison, elle n'avait jamais su comment l'interpréter. Le jour où elle a du quitter York parce que son sang méritait soit disant sa place au Capitole, elle s'est demandée si le monde ne tournait pas à l'envers. Elle a pourtant suivi silencieusement sa famille, se faisant discrète sur ses opinions. Elle a perdu beaucoup d'amis dans cette folie des districts. Un sentiment étrange s'éveille en elle. La fierté de faire partie de cette élite. D'être la cerise sur le gâteau. Depuis qu'elle est à la tête du Black Star, elle en tire encore plus les avantages s'entourant petit à petit d'une influence sombre et profitant des avantages que la vie lui a donné.

   

_________________
LIVE AND LET DIE
When you were young and your heart was an open book, you used to say live and let live. You know you did. But if this ever changin world in which we live in makes you give in and cry say live and let die. Live and let die.


Dernière édition par Alcyone L. Yaxley le Mer 28 Oct - 16:53, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
She walks in starlight in another world
avatar


Alcyone L. Yaxley
∞ Parchemins : 383

Re: Stars can't shine whithout darkness ☆ Alcyone Yaxley   
Jeu 24 Sep - 20:56

L'Histoire

   
sans fin



   
And may the odd be ever on your favor





"Quand t'es gosse t'as peur du noir, quand t'es vieux t'as peur de la lumière."

Un coup sec. Puis deux. Le bruit d’une étoffe qui se déchire retentit dans la pièce. Les draps ivoires dont la douceur satinée invite aux songes se retrouvent à terre. De petites mains agiles viennent de les mettre en pièce pour mieux les assembler. Les tissus se froissent selon la pliure imposée par la jeune fille. Sur un mannequin improvisé, deux elfes de maison, l’un se tenant sur les épaules de l’autre, se dresse une robe tenue uniquement par des épingles qu’Alcyone a réussi à chaparder.  « Arrêtez de bouger, je vais finir par vous piquer le bout du nez ! » Elle attend un instant que les elfes se stabilisent, ajuste un revers qui lui semble mal positionné. Ses prunelles sombres observent la pièce. Il faut qu’elle ajoute quelque chose à sa création. Son attention se porte vers un oreiller.  « Miss Yaxley, ce n’est pas une bonne idée… » L’elfe dont la tête dépasse de l’ouvrage s’est exprimé avec timidité mais il se souvient de la dernière correction que la petite Etoile a reçu lorsque ses envies de création l’enivre. C’est comme ça depuis toujours… La brune n’écoute pourtant que ce qu’elle veut et bientôt le coussin est éventré libérant un nuage de plumes. S’armant d’aiguilles et de fil, le bustier se retrouve parsemé de duvet, positionné avec délicatesse.   « Maya, Grany, sortez de la robe. Je veux que vous la solidifiez avec votre magie ! » Ces deux complices s’extirpent avec délicatesse. Alcyone n’est pas majeure, elle n’a pas le droit d’utiliser la magie en dehors de Poudlard, alors elle met à contribution ceux qui veulent bien l’aider. Autant le dire, dans l’hôtel particulier des Yaxley, la fille unique des lieux, n’a pas de soutien. Les elfes s’agitent et la tenue se met à virevolter dans les airs. Au milieu de ce chantier se dresse une magnifique robe de mariée. Les yeux de la brune pétillent jusqu’à ce la robe retombe au sol alors que la porte de la chambre s’ouvre avec fracas. « Alcyone Yaxley ! » Une main ferme vient la saisir au bras. La poigne de sa mère est vigoureuse et laissera sûrement quelque bleus mais elle n’est pas le genre de mère à lever la main sur sa fille. D’un mouvement de baguette, elle fait flotter la création de sa fille, à peine âgée de seize ans. Son regard est doucereux, inquiétant. Elle caresse la robe, étire ses volants associées de façon complexe. « Les elfes, allez donc chercher des draps, je m’occuperais de vous plus tard. » Elle tourne ensuite son regard froid sur sa progéniture.  « Tu aimes ce que tu as fait ? » Alcyone hoche doucement la tête. Elle y a passé des heures et elle sait comment son travail va se terminer.  C’est toujours la même chose lorsque sa mère met la main sur ses créations. D’un geste, la matrone Yaxley lance un Incendio sur la tenue. Devant ses yeux, les efforts d’Alcyone partent en fumée. Les étoffes se consument jusqu’a ce qu’il n’en reste plus rien, juste un amas de cendres qui vient s’ajouter au milieu du bazar environnent. La mâchoire de l’Etoile se crispent. Sa mère a déjà déchiré ses robes sous ses yeux, les a aussi utilisé en guise de chiffons ou de tapis. Un jour, elle lui a fait croire qu’elle trouvait sa création magnifique, qu’elle la porterait à une réception prochaine et l’a volontairement jeté dans une poubelle près de la chambre d’Alcyone. « Tu es une Sang-Pur. Tu ne te sers pas de tes mains. C’est compris ? Un jour tu auras un mari qui rapportera de l’argent et tu pourras acheter autant de robe que tu veux. Alors arrête de dépecer ma maison pour tes chiffons ! C’est clair ? » Elle abandonne sa fille dans sa chambre, ferme la porte magiquement. Ce soir et sûrement le lendemain, Alcyone ne pourra plus quitter sa prison dorée, même pour manger.




"Un seul oiseau en cage, la liberté est en deuil."

La musique résonnait sur les murs du salon de la demeure de la famille Yaxley. Les rires, les éclats de voix. Si la mère d’Alcyone s’occupait d’une chose à foison, il s’agissait des bals dont un en particulier qui revenait tous les étés. Comme Noël ou Halloween, le bal d’été chez les Yaxley commençait à devenir une tradition. Toutefois, tout le monde n’y était pas invité. Des grands noms de sorciers illustres étaient inscrits sur les listes. Le petit né-moldu ou sang-mêlé n’avaient que très peu de chance d’y apparaitre. D’ailleurs, s’il n’était pas fortuné, pistonné ou tout autre chose qui lui permettait de se démarquer, il n’y serait sûrement jamais. Cette année là, Alcyone avait dix-sept années passées. Elle avait connu l’indépendance à Poudlard, un goût de liberté éphémère.

Une tignasse châtain s’échappa de la foule courant vers l’extérieur du jardin. S’arrêtant essoufflée au pied d’un arbre, l’Etoile observa un instant le ciel assombri. Ses joues étaient légèrement rougies à cause de l’effort. Ses mains se hâtèrent de dénouer le ruban qui retenait ses cheveux. La jeune fille observa son reflet dans la vitre d’un cabanon. Sa mère l’avait affublé d’une robe blanche fluide et parsemée de dentelles. Elle tira sur le tissu pour l’observer. Etait-ce vraiment ça d’entrer dans le monde adulte ? Elle avait, quelques jours plus tôt, tenté de présenter une tenue qu’elle avait confectionné. Rapidement rabrouée… Néanmoins, sa mère avait abandonné depuis plusieurs mois d’empêcher Alcyone de jouer au styliste et plutôt que de voir ses draps, rideaux et autres nappes détruits, elle lui avait laissé une petite pièce à sa disposition avec du matériel. Lorsqu’elle revenait en vacances, la jeune femme y passait le plus clair de son temps. Elle ne savait pas ce qui avait adouci sa mère à ce sujet toutefois, elle préférait en profiter avant qu’elle ne change d’avis…

Ses doigts agiles se glissèrent dans un trou que le temps avait creusé dans l'écorce d'un arbre et sortirent un paquet de cigarettes. Le cylindre au bord des lippes, elle n'entendit pas Willam arriver dans son dos. Véloce, il lui vola sa clope et avant qu'elle ne puisse réagir, il se trouvait face à elle, tirant quelques lattes, un air effronté sur le visage. William. Charmant jeune homme au service de la famille Yaxley pour quelques Gallions. L'Etoile n'était jamais restée insensible à son charme. « Ta mère te cherche partout.» lâche-t-il entre deux bouffées de fumée. « Moi ou toi parce que tu n'es pas en train de servir du champagne à son ramassis d'invités ? » Alcyone darda son regard dans le sien. D'un geste rapide, elle voulut reprendre sa cigarette, mais William anticipa son geste et lui coinça le bras dans son dos à l'aide de sa main libre. La forçant doucement à reculer à l'ombre d'un arbre, il resserra leur étreinte. Le jeune homme se pencha pour embrasser la jeune femme. Même si ce n'était pas la première fois, le goût de l'interdit enivrait toujours leurs sens. Des bruits, les firent sursauter et rapidement le jeune homme la relâcha avant de s'éloigner rapidement, non sans un dernier regard. D'un sang inférieur, jamais ses parents ne lui auraient permis une telle relation. A Poudlard, leur 'couple' n'avait jamais explosé aux yeux de tous. Maintenant majeurs, les études terminées, ils continuaient de vivre cachés cette idylle interdite. « Alcyone, je crois que nous allons avoir une discussion. » Un brusque sursaut s'empara de l'Etoile alors que ses yeux accrochèrent ceux de sa cousine. Alecto Carrow. Si le sang qui coulait dans leur veine avait quelques similarités, elles avaient toujours été différente. Alecto était étrange aux yeux d'Alcyone et l'Etoile lui reconnaissait volontiers la parfaite appartenance au Carrow. « Tu veux devenir styliste alors ? »




"Le premier amour est toujours le dernier.

Alcyone ferme les yeux et se mordit nerveusement la lèvre inférieure. Peut-être que lorsqu'elle ouvrirait à nouveau les paupières, tout cela ne serait qu'un mauvais rêve. Pourtant lorsque ses prunelles virent au loin la silhouette si réconfortante de William, son coeur se mit à battre de  manière frénétique. Il fallait qu'elle le fasse. Pour lui. Pour le protéger de la moindre représailles. Elle se mit à tressaillir alors que la main de son petit ami vint caresser le t-shirt qu'elle portait. « Je reconnais ta touche sur cette création. » Le palpitant de l'Etoile se brisa. Elle allait rompre avec son premier amour. Celui qu'elle aimait sincèrement à cause d'une sang-pur dont la renommée était capable du pire. Lorsqu'il se pencha pour l'embrasser Alcyone détourna volontaire le visage.   « Il faut qu'on parle.»


Depuis ce jour, elle se sentait pire que la plus pathétique des trainées. Elle lui avait fait tout un sermon. Pureté du sang, fin des études, chemins qui s'éloignent... Une garce. Dénigrante. Elle avait déchiré l'âme de celui qu'elle aimait à l'aide de mots durs et crus. Elle voulait qu'il la déteste. Au point de lui tourner définitivement le dos. Jamais ils ne devaient se revoir. S'il ne saurait jamais le fin de l'histoire. Il aurait au moins la chance de ne pas souffrir d'une quelconque représailles. Lui avouer la vérité aurait été un trop grand risque. Pour lui. Il n'aurait jamais accepté. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que jamais elle ne pourrait le fréquenter à nouveau. Le destin politique du pays en avait décidé autrement. Exporté dans un district lointain, Alcyone se retrouvait elle même à des kilomètres de sa propre maison, de son York natal.


Alcyone observa une de ses amies revêtir pour ses fiançailles une robe de sa confection. La fierté se lisait doucement sur son visage. Délicate, entrelacements, pierres fines, le délicat tissu épousait à merveille son corps. Elle paradait sous les regards de tous ses invités, sourire aux lèvres. Doucement, sûrement, l'Etoile allait commencer à se faire un nom. Au milieu de ses fiançailles sans amour, la brune ajusta une de ses boucles brunes. Lorsqu'elle fit demi-tour pour se tourner vers un buffet, elle se retrouva nez à nez avec Alecto, présente à toutes les festivités dignes de son rang. Alcyone lui lança un regard sombre avant de se détourner. Pas ce soir. C'était son heure de gloire. Déjà son esprit se tournait vers la robe de mariée que son amie allait porter.




La seule liberté, c'est de choisir son destin.

Ils étaient là, tous les deux, dressés devant elle. Magnifiques dans leur tragique destin. L'Etoile avait envie de les prendre de ses bras. De leur dire que tout irait bien mais ce n'était pas vrai. Ils n'étaient que des pauvres gosses du district quatre. Choisis par la coupe de feu. Sacrifiés pour l'exemple. Peut-être qu'aucun d'eux ne reviendraient de l'arène mais Alcyone avait fait tout ce qu'elle pouvait pour attirer l'attention du public sur eux. Que les sponsors les chouchoutent, qu'ils reçoivent de l'aide venant des spectateurs. Puissants et sensuels dans une tenue de cuir. Les costumes se doivent de représenter leurs activités de district. Ciblés sur la pêche, le couple voit le cuir délicatement repoussé, imitant des écailles aux reflets de nacre. Un filet construit tel une dentelle couvre leur buste.


Lloyd a survécu. Alcyone les larmes aux yeux le voit revenir. Mais il n'est plus le même. Il a survécu mais à quel prix ? Instable et ne se sentant pas à l'aise au Capitole, il suinte le malheur. Quant à elle, l'Etoile s'est désormais fait un nom. On la connait pour être celle qui a habillé le vainqueur des troisièmes Blood Games. Si cela était une fierté au départ, elle ne sait plus si cela est vraiment le cas. Elle aurait du se douter que l'étau d'Alecto ne serait jamais bien loin et ses jolies lippes ont susurré le nom d'Alcyone auprès du Lord. Le plus terrifiant dans tout cela, c'est qu'elle ressent une sorte d'exaltation dans cette folie. Elle s'enfonce dans le sillon tracé par sa famille et si elle a cherché à s'en défaire à plusieurs reprises, elle s'y laisse à présent aller avec délectation.




The Show Must Go On

Ce n'était qu'un passe temps au départ. Rien de plus, rien de moins. Alcyone avait commencé à trainer dans le cabaret dès son plus jeune âge et ses yeux brillaient devant les costumes toujours plus beaux les uns que les autres. Petit à petit, elle y avait mis la main à la pâte. Son patriarche, bien que contre les envies de sa fille, fut obliger de constater qu'elle s'en sortait bien. Avec le temps, il lui confia de plus en plus de tâches, de plus en plus importante et elle se montra être une vraie assistante de confiance. Depuis qu'elle avait été la styliste d'un Tribut vainqueur, sa renommée dans le milieu avait grandi apportant un gage de sureté. Bientôt, il lui donnerait les clefs du cabaret. Hissant sa fille comme gestionnaire, il peut ainsi vaquer à ses propres occupations.


Assise dans un fauteuil de satin rouge, Alcyone observe la dizaine de jeunes femmes en tenue légère qui dansent sur la scène. Ses doigts fins en pointent certaines et son assistant note ses consignes. Les yeux sombres de la nouvelle gestionnaire du cabaret se font scrutateurs, gênants. D'un mouvement de baguette, elle stoppe la musique et monte sur la scène. Sa main file d'une épaule à une autre de certaines danseuses. « Celles que j'ai touché sont prises. Les autres vous pouvez retourner dans vos districts. » Quelques larmes se sont entendre, mais elles ne touchent plus Alcyone depuis plusieurs mois. Elle profite. Va chercher des talents dans les districts, fait espérer un changement de vie pour mieux s'en débarrasser lorsqu'elles ont fait leur temps.


Ses talons frappent les marches de l'escalier qui mène au sous-sol du Black Star. Lieu de débauche notoire du Capitole. Seuls les plus fortunés peuvent y accéder. Ce soir, un des bras droit du Lord a voulu que la patronne l'y emmène en personne. Il veut qu'elle lui fasse visiter les lieux. Loin d'être dupe, elle sait ce qui se trame dans la tête de ce sombre idiot et d'ailleurs lorsqu'une de ses mains se glisse sur ses hanches, c'est d'un mouvement sec qu'elle s'en dégage. « Désolée la tenancière des lieux à des employés pour s'abaisser à ce genre de pratique. Si vous voulez bien m'excuser... » Son regard sombre le dévisage puis sa silhouette s'enfonce dans les ténèbres pour mieux disparaitre par une porte dissimulée.


_________________
LIVE AND LET DIE
When you were young and your heart was an open book, you used to say live and let live. You know you did. But if this ever changin world in which we live in makes you give in and cry say live and let die. Live and let die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Stars can't shine whithout darkness ☆ Alcyone Yaxley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» « Stars can't shine without Darkness. » † Lorenzo
» Maliah || Stars can't shine without darkness
» (jon) stars can't shine without darkness
» Exy ✴ Stars Can't Shine Without Darkness [100%]
» Stars can't shine without darkness [PV Hideki & Tintallë]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Blood Games :: Les Papiers du Ministère :: Quel est ton district ? :: Fiches acceptées-