Desdemona I. Beauregard -- Dans la tourmente des événements.

Invité
avatar


Invité

Desdemona I. Beauregard -- Dans la tourmente des événements.   
Dim 4 Oct - 20:50
Desdemona Imogen

Beauregard

Prénoms : Desdemona Imogen Nom de famille : Beauregard Statut du sang : Pur   Origine géographique : Londres, Angleterre. Âge et date de naissance : Vingt-et-un ans, née le 13 Août 1959 Orientation sexuelle : Hétérosexuelle Particularité : None Métier : Médicomage (assistante) Miroir de Rised : Un hôpital désert, signifiant un monde apaisé et sans effusion de sang. Epouvantard : L'eau. Elle a peur de se noyer. Même si elle sait nager, sa peur la paralyse. Patronus : Un Cane Corso au pelage bringé. Composition de la baguette : 29 centimètres, bois de chêne rouge et crin de sombral. Tendance : Neutre Animal de compagnie : Un chat, intelligemment nommé « Le Chat » Featuring : Leah Pipes Crédits : Tag sur Bazzart - Tumblr


You are unique

Caractère
Desdemona est plutôt surprenante, de manière générale. Elle reste placide un instant, le visage neutre, les yeux fixés sur un point invisible, puis elle devint une autre, l’espace d’un instant. Ses pensées s’agitent en permanence dans sa jolie petite tête, faisant ressortir de curieuses réactions de temps à autre. Audacieuse, parfois, elle se retrouve à parler d’un ton plus élevé, à prononcer des mots qu’elle regrettera sous peu. Elle reste malgré tout digne, et ne veut pas s’opposer à sa famille. Leurs idéaux, ils lui passent par-dessus la tête. Bien haut. Elle se fiche complètement de l’origine de celui ou celle à qui elle parle. Mais elle ne l’énonce pas clairement. Elle ne veut surtout pas faire honte à ses parents, ou à son frère. Leur estime est tout pour elle, alors elle garde ce qu’elle pense pour elle-même et fais contre mauvaise fortune bon cœur. Loyale, elle ne veut pas trahir sa chair et son sang. Mais la situation actuelle l’inquiète. Tourmentée, elle semble au milieu d’un maelström d’émotions complexes et contradictoires. Elle ne sait plus où elle en est. Alors elle garde un masque, en permanence. Celui de la jeune fille heureuse, et pleine de vitalité. Celui de la digne héritière, qui ne se soucie que des futilités et des frivolités. L’ambitieuse médicomage n’est toutefois pas aussi sotte. Elle voit très bien le bain de sang que sont les Blood Games, et elle aimerait mettre un terme à tout cela. Mais comment pourrait-elle réussir, sans trahir les siens ? Neutre, ou plutôt indécise, elle se cherche au milieu de la tourmente, pauvre âme esseulée à la dérive.

This is a new world

Le commencement des districts  
Habituée à sa petite vie tranquille, Desdemona ne se posait pas de questions sur l’avenir. Elle voyait bien le monde sombrer dans l’obscurité, peu à peu. Elle voyait bien les mentalités évoluer, la menace se faire plus pesante… Elle se doutait que quelque chose se préparait, mais elle ne s’interrogeait pas. Elle se concentrait sur elle, sur sa vie, sur son avenir. Elle savait déjà ce qu’elle voulait faire. Pas de mariage dans l’immédiat. Une carrière, une ambition. Elle avait toujours été amenée à soigner les autres. Elle ne supportait pas la souffrance d’autrui, et ce qu’importe son statut de sang.

Quand les temps ont changés, quand la révolution a grondé et quand la tempête à tout bouleversé, elle était perdue. Entourée de sa famille, elle voyait peu à peu les ravages de l’idéologie dans laquelle elle avait été élevée. Elle voyait que son égocentrisme latent l’avait coupée de la réalité de ce courant de pensée. Elle n’avait pas fait attention, et tout avait changé à présent. Le monde n’était pas parfait, avant, mais elle s’y plaisait. Elle avait ses repères. Or, à présent, elle se rend compte que rien n’est immuable. Elle a vu certains de ses amis catapultés dans des districts affreux. Elle a vu les morts et les rivières de sang. Elle a vu certains brillants médicomages déchus de leurs fonctions à cause de leur ascendance.

Perturbée, elle s’est renfermée sur elle-même. Elle a revêtu son masque mondain, celui qui lui permet d’observer en étant distante. Celui qui cache ses pensées bouleversées, présentant un visage imperturbable à la face du monde.

Elle s’est estimée chanceuse. Elle était née dans la bonne famille. Son apprentissage presque terminé, elle eut le droit d'assister un Médicomage de renom. Elle avait le bon sang, le bon nom de famille. Elle était dans le cercle des privilégiés. Mais cette chance, ce n’était pas normal, n’est-ce pas ? Pourquoi, au nom de quelque ascendance fortunée et renommée, certains étaient-ils considérés comme les maîtres du monde, alors que d’autres de mérite et de force égales, se voyaient relégués au rang de chiens, de moins-que-rien ?

Mais bien sûr, il est facile de se poser ces questions alors que l’on est en haut de la chaîne…


Behind the mask

Pseudo Isiiis, Mange, Choupette… J’en ai beaucoup Ton âge 22 maintenant ! :3 Comment as-tu connu The Blood Games ?Par Who, évidemment :3 As-tu un double compte ? Nop, not now Ton personnage est : Un inventé Une remarque ? ENFIN ! <3



Dernière édition par Desdemona I. Nott le Mar 6 Oct - 17:06, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


Invité

Re: Desdemona I. Beauregard -- Dans la tourmente des événements.   
Dim 4 Oct - 20:51

L'Histoire

sans fin


And may the odds be ever on your favor



Histoire

I - Once upon a time...

Depuis des générations, la famille Beauregard était l'une des plus grande famille de sorciers français. Nobles, avec le sang pur, altiers, riches et influents, ils dominaient la haute société comme si c'était naturel. Les hommes de la famille étaient tous, de père en fils, haut placé au Ministère de la Magie française. Les femmes, elles, s'occupaient des mondanités et des enfants, d'organiser les alliances entre les grandes familles et de garder leur lignée pure et noble.

Mais les mentalités évoluent. Il y a quelques années, un article est paru dans le quotidien le plus lu en France :

Spoiler:
 

Cet article provoqua beaucoup de chamboulement. Les sangs-mêlés et les nés-moldus se rebellèrent. Les nobles familles, telle que la famille Beauregard, subir des pertes et durent abandonner leur foyer pour sauver les leurs. Cette rébellion fut sanglante, et sa conclusion arriva quand le Ministre de la Magie français, l'honorable Benjamin Terreur, fut assassiné lors d'une de ses apparitions en public pour un discours qui se voulait ouvert et tolérant.

Beaucoup de familles avaient fui en Amérique. Quelques-unes s'étaient éparpillées en Europe, et la famille Beauregard fut de celles-ci. Ils s'établirent en Angleterre, à Londres. Leur fortune, heureusement gardée par des gobelins, fut transférée à Gringott's. Et s'ils eurent d'abord le statut de "Réfugiés Politiques", ils finirent par obtenir la nationalité anglaise.

A présent établis à Londres depuis trois générations, les Beauregard font parti du décor et de la société. Suite à cette révolte française, ils affirment fièrement être pour la sauvegarde de la pureté du sang. Ils ont une haine farouche pour tout ce qui est nés-moldus et sangs-mêlés. Tous, ou presque, sont encore marqués par la tragédie qui a précédé leur fuite. Et tous, ou presque, suivent les idéaux de Lord Voldemort avec joie.


II - Treasure in your chest...

« C'est une magnifique petite fille, madame Beauregard. Toutes mes félicitations. »

La grosse sage-femme qui s'occupait de l'épouse Beauregard déposa le nourrisson contre la jeune mère, s'occupant de le nettoyer d'un coup de baguette magique. Et tandis que la mère épanouie posait un regard éperdu d'amour sur sa fille, son second enfant, la sage-femme s'occupait de terminer son travail d'accoucheuse. Avec célérité, il faut le dire. C'était peut-être une sang-mêlée, fort peu gracieuse, mais elle travaillait bien.

Une fois ses tâches accomplies, la grosse dame aux cheveux blonds quitta le manoir et transplana à l'hôpital, laissant les Beauregard en famille.

Et quelle famille ! Archibald Beauregard, le patriarche, était véritablement comblé. Parfait Sang-Pur, ayant fait un parfait mariage, il avait à présent deux parfaits enfants : Un parfait petit garçon de deux ans, héritier principal, et une parfaite petite fille tout juste née. De quoi rendre sa parfaite femme heureuse et exultante de bonheur.

Ancienne Avery, Léthé avait toujours voulu avoir une fille. Son premier enfant s'était avéré être un garçon. Mais tout était pour le mieux, puisque c'était ce que son prestigieux époux désirait. Et puis, elle était jeune, elle avait encore de belles années pour concevoir. Deux ans plus tard, la nouvelle était tombée : C'était une petite fille. Folle de joie, l'honorable madame Beauregard avait passé des semaines entières à préparer l'arrivée de sa petite princesse, sans toutefois oublier de s'occuper de son petit garçon chéri.

Et maintenant, elle était là, blottie contre sa poitrine. Son époux ne tarda pas à entrer dans la pièce, accompagnant leur fils aîné. A deux ans, le garçon présentait déjà une remarquable intelligence. Mais il ne parlait toujours pas. Archibald ne s'en préoccupait pas trop, cela dit. Son fils, son précieux Faust parlerait quand il se sentirait prêt. Ça ne l'empêchait pas d'apprendre, en attendant.

Le gamin, nommé Faust Mordred Beauregard, regardait avec curiosité ce petit bout de chair qui s'agitait contre sa mère. Alors c'était ça, sa sœur dont on lui avait tant parlé ? Il avait eu l'impression que c'était une menace qui lui volerait sa place privilégiée dans la famille. Mais en la voyant ainsi, si fragile et si ténue, il ne pouvait s'empêcher de songer qu'il faudrait qu'il se montre fort pour la protéger.


III - There's no place like home... Even home is a battlefield...

Faust se mit à parler peu avant ses six ans. La famille s'était longtemps inquiétée à son sujet. Sa mère tentait désespérément de le faire parler, insistante et protectrice. Son père lui inculquait tout ce qu'un parfait héritier devait savoir, et s'agaçait de voir que sa femme harcelait presque le garçon pour entendre quelques mots. Quand à la petite Desdemona, sa jeune sœur sur laquelle il veillait comme sur la prunelle de ses yeux, elle savait. Elle babillait avec aisance, détournant l'attention pour que son frère puisse retrouver une paix relative. Quand il était avec elle, il lui parlait. A voix basse, et seulement dans le creux de l'oreille.

Aussi, les premiers mots de Faust avaient été, officieusement, pour sa sœur. Mais officiellement, c'était la phrase : « Vous savez, Mère, je ne crois pas que Lady Rosier vous apprécie autant qu'elle essaie de vous le faire croire. » Inutile de décrire le choc qu'il produisit à l'instant de sa déclaration. Il était assis, à observer sa mère qui tressait les cheveux d'or de sa sœur en papotant sur le repas que donnait la femme Rosier en son honneur. Quand il eut dit le fond de sa pensée, sa génitrice se figea sur place, les doigts mêlés aux boucles blondes de Desdemona. Son regard, écarquillé, le fixait avec stupeur et ravissement. En fait, tout en elle hésitait entre l'immense surprise de son parler pédant et docte, et entre la joie intense de le voir enfin utiliser ses cordes vocales. « Il me semble l'avoir aperçue vous lancer des regards sournois, quand vous discutiez avec Père. Elle n'est pas totalement honnête. Je la soupçonne de ne pas dire que du bien de vous quand vous n'êtes pas présente, continua-t-il, inconscient du trouble qu'il venait de faire naître. » Son père, qui passait la porte de la pièce à ce moment-là, se figea également. Son visage se ferma, et Faust ne put lire les pensées qui agitaient l'esprit de son géniteur. « N'êtes-vous pas d'accord avec moi, père ? Les Avery ne sont pas francs. Ils sont sournois, et roublards, et n'hésiteraient pas à profiter de la moindre faille qu'ils apercevront dans nos défenses, expliqua-t-il. »

« Bien sûr, mon fils, avait alors répliqué le paternel, surpris de l'esprit de déduction de son aîné. » Entendre la voix de son époux permis à Léthé de reprendre ses esprits et elle abandonna un instant les cheveux de sa fille pour se précipiter sur Faust et le serrer dans ses bras. Les Beauregard, quand ils n'étaient qu'entre eux, étaient très affectueux. Mais dès lors qu'ils apparaissaient en société, ils se montraient guindés. Ainsi, ils en profitaient pour se montrer leur affection quand ils le pouvaient. Desdemona souriait dans son coin, envoyant un clin d’œil à son aîné. Elle était habituée à sa diction impeccable, et à ses phrases pourvues de mots intelligents. Elle en était capable aussi, avec lui. Mais elle préférait garder une diction enfantine, et des mots simples. Elle avait bien étudié les autres filles de son âge, et elle était fière de les imiter. Fière également de son frère qui se lançait enfin dans le verbiage.

Après cet épisode particulièrement amusant, Faust prit l'habitude de pérorer fièrement. Si autrefois les parents se plaignaient de son mutisme, ils commençaient à présent à le regretter.

Deux ans après, environs, Faust fit preuve de sa magie. Il jouait avec sa sœur, près d'une cascade. Il ne faisait pas très beau, mais les deux adoraient jouer sous la pluie. Desdemona glissa sur la berge, son pied dérapant sur l'herbe et la terre humide, et elle plongea dans l'eau la tête la première. Terrifiée, elle hurlait. Son frère, sachant qu'il ne pouvait pas plonger au risque de se faire emporter à son tour, courut le long de la berge en lui criant de tenir bon. Il était paniqué, et dans sa frayeur, sa magie se révéla. Il ne savait pas quoi faire. Au moment où il pensait qu'elle allait mourir, fracassée contre les rochers qui terminaient la cascade, sa sœur s'éleva dans les airs, portée par une bulle invisible, jusqu'à ce qu'elle se pose en douceur près de lui. Elle s'agrippa alors à son frère, en pleurs, tandis que leurs parents accouraient, alertés par le bruit.

Après cet épisode, ils retournèrent rarement près de la cascade. Desdemona était terrifiée, et elle en faisait régulièrement des cauchemars. Chaque nuit, quand elle s'éveillait en hurlant, son frère était le premier sur les lieux et se couchait avec elle pour la rassurer. Parfois, il s'endormait avec elle et ils se réveillaient ensemble, au matin.

Et puis Faust reçut sa lettre de Poudlard, et s'envola pour l'école. Seule avec ses parents, Desdemona ne savait pas trop quoi faire. Ils avaient été habitués à rester ensemble, à s'amuser d'un rien. Les premiers temps, elle tourna en rond. Finalement, son ennui eut raison de sa volonté de s'amuser, et elle s'intéressa à la bibliothèque du manoir. Elle parcourut les lignes des livres avec difficulté au départ, puis tout se fluidifia. Elle passait ses journées entières à lire, pelotonnée dans un grand fauteuil en cuir de la pièce. Un jour, elle tomba sur un livre qu'elle n'avait pas le droit de lire, oublié sur le bureau paternel. Un livre dangereux, puisque dès qu'elle le toucha, il s'anima et lança des jets d'acides un peu partout. Terrifiée, la réaction primaire de la gamine fut de s'en éloigner. La magie s'en mêla, et le livre s'enflamma. De grandes flammes bleues qui le réduisirent finalement en cendre.

Son père le remarqua le soir venu, alors qu'elle était blottie dans le fauteuil en regardant fixement les cendres du livre. « J-Je ne l'ai pas fait ex-exprès, sanglotait-elle quand il arriva. » Elle répétait encore et encore cette phrase, effrayée par ce qu'il venait de se produire. Alors Archibald la prit sur ses genoux, et lui expliqua ce qu'elle venait de faire. Comme avec son frère, plus tôt, elle eut le droit à des paroles rassurantes. C'était normal qu'elle ne contrôle pas sa magie, elle n'avait pas les outils nécessaires.

Il arriva encore quelques accidents de la sorte, avant qu'elle ne reçoive également sa lettre de Poudlard. Elle fit bouillir l'eau de l'étang, grillant les poissons à l'intérieur, ou encore elle fit léviter un objet trop haut pour elle. Rien de bien grave. Rien qui ne nécessite autre chose que des explications calmes et posées.

Le jour de son départ pour Poudlard, elle était impatiente. Serrant la main de son frère, elle traversa la barrière avec lui. Il l'aida à trouver un compartiment, et lui proposa même de rester avec elle pour ce premier trajet. Mais il avait des amis, et elle n'était pas si égoïste que ça. Elle lui affirma qu'elle s'en sortirait seule, et qu'elle viendrait le voir au besoin.

La Répartition lui faisait un peu peur, mais quand elle avança vers le Choixpeau, ce fut d'un pas assuré, avec le tête haute et le regard fier. Son frère l'encourageait depuis sa propre table alors qu'elle se coiffait de l'artefact. Quelques secondes plus tard, le Choixpeau l'envoyait à Serdaigle. Elle n'était pas avec Faust, mais elle était quand même ravie. Elle savait que ses parents n'auraient pas apprécié qu'elle se retrouve à Poufsouffle, ou à Gryffondor. Eux-mêmes avaient été à Serpentard, comme Faust. Serdaigle, ce n'était pas si mal. C'était plutôt flatteur, même.

Les premières années ne se déroulèrent pas trop mal. Elle avait de très bonnes notes, étudiant sans relâche. Elle s'était faite un petit cercle d'amies, mais elle ne les invitaient jamais à la maison. Elles étaient de sang-mêlé, elles n'étaient pas présentables pour ses parents. Faust lui jura qu'il ne dirait rien à ce sujet, d'ailleurs.

Elle eut de très bonnes notes lors de ses BUSE, et sa cinquième année fut aussi l'année où elle fut nommée préfète. Deux ans après, on lui proposa d'être préfète-en-chef, mais elle refusa, préférant se concentrer sur ses études. Au fil du temps, elle avait développé une passion pour la médicomagie. Elle travaillait dur, et ses professeurs étaient contents d'elle. Ils n'arrêtaient pas de lui répéter qu'elle irait loin, et elle n'en doutait pas non plus. Son frère était parti depuis deux ans, avec de bonnes notes également. Il s'était hissé jusqu'au Ministère de la Magie, travaillant au département de la Justice Magique. Elle était fière de lui.

Sa scolarité aurait pu être sans remous, mais l'année 1977 fut l'année de bien des bouleversements. Le Directeur, Albus Dumbledore, fut retrouvé assassiné. Lord Voldemort, un mage noir qui faisait de plus en plus parler de lui, fut fortement soupçonné. Mais ses parents, qui suivaient le courant du mage noir, n'avaient rien dit à ce sujet. Faust ne lui avait pas envoyé de messages depuis un moment. Mais il le fit peu avant le discours du Ministre. Il lui enjoint de faire très attention à elle, et de rester avec des personnes fréquentables. Il ne lui dit pas ce qui va arriver, mais il se montre pressant, et autoritaire. Ces prochains jours, elle devra ne fréquenter que les personnes au statut de sang respectable. Elle devrait oublier les sang-mêlés et nés-moldus.

Elle se plia de bonne grâce à son ordre, perplexe malgré tout. Il ne lui demandait pas souvent de faire quelque chose, aussi devina-t-elle qu c'était important, et grave. Et quelques jours après, alors que le Ministre venait à peine de commencer son discours, le coup d'état éclate. Le Ministre est assassiné et les mangemorts envahissent Poudlard. Desdemona ne proteste pas, ne combat pas. Elle se contente de se rendre. Mais elle est terrifiée, et éplorée lorsqu'elle se rends compte que plusieurs de ses amis sont morts lors de cette bataille.

Elle passe malgré tout ses ASPIC, et obtient d'excellents résultats. Assez pour commencer son apprentissage à Sainte-Mangouste. Elle est effrayée par le changement qui se produit dans le monde magique, mais ses parents sont de loyaux fidèles de Lord Voldemort. Elle ne craint donc rien, à moins de faire quelque chose contraire à son éducation. C'est avec trouble qu'elle voit le nouvel ordre s'installer. Elle ne sait pas quoi en penser. D'un côté, elle est ravi d'être du bon côté grâce à sa naissance. Mais d'un autre côté, elle trouve ça injuste. Les sang-mêlés et les nés-moldus n'ont rien demandé. Ils n'ont pas eu le choix que de naître ainsi.

Plus le temps passait, et plus elle voyait la suprématie du sang-pur prendre place. De grands médicomages furent rétrogradés à des rôles subalternes. Des sorciers extrêmement doués, dont le seul défaut était de n'être pas né dans une bonne famille, furent éloignés des hautes fonctions.

Les Blood Games, ces jeux organisés pour "distraire" les sorciers après la pseudo guerre civile qui éclata peu avant, se révélèrent être sanglants et meurtriers. Pourtant, les familles les plus nobles s'en délectent. Desdemona ne sait plus quoi penser. Elle est troublée, et commence à se remettre en question. Les quatrièmes Blood Games ne vont pas tarder à commencer. Restera-t-elle sans rien faire, à suivre le mouvement, à obéir à sa famille ? Ou bien trouvera-t-elle le courage de se lever contre cette injustice ? Elle l'ignore encore, et devient de plus en plus morose. Mais elle masque ses sentiments, et arbore un air fier et noble, comme si de rien n'était. Elle est à quelques pas de son rêve : Devenir médicomage. Elle a d'ailleurs été promue "Assistante" d'un des plus grands médicomages de l'époque. C'est un grand honneur...


Dernière édition par Desdemona I. Nott le Mar 6 Oct - 17:28, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
She walks in starlight in another world
avatar


Alcyone L. Yaxley
∞ Parchemins : 383

Re: Desdemona I. Beauregard -- Dans la tourmente des événements.   
Dim 4 Oct - 21:37
Re-Bienvenue (oui c'est un Re à ce niveau là )

Bonne rédaction de fichette

_________________
LIVE AND LET DIE
When you were young and your heart was an open book, you used to say live and let live. You know you did. But if this ever changin world in which we live in makes you give in and cry say live and let die. Live and let die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


Invité

Re: Desdemona I. Beauregard -- Dans la tourmente des événements.   
Lun 5 Oct - 23:41
Après lecture attentive de ta fiche nous avons juste deux points que nous aimerions que tu retravailles :

Le premier concerne la famille Nott. Comme tu as dû le voir dans l'annexe, ce n'est pas une famille tendre :

annexe a écrit:
Teignous Nott est celui qui a établi la fameuse liste des 28 familles de sang-pur du Royaume-Uni. Les Nott sont en effet une fière famille de sang plus pur que pur et ils mettent un point d'honneur à débusquer tous les sorciers de ces familles qui osent souiller leur sang. Leur perspicacité en font de fins limiers en la matière et beaucoup de sorciers savent qu'on ne peut rien cacher à un Nott. Ils sont également de grands praticiens de la legimancie. Mangemorts de la première heure ils ont été les premiers à saluer l'initiative du Lord de créer des districts en fonction du sang de chacun.

Du coup le passage où ils sont affectueux entre eux ne respectent pas cela. Il faudrait que tu te penches la dessus. Ou sinon changer pour une autre famille ?

Enfin, point moins fastidieux, Desdemona est un peu jeune pour être médicomage. Elle pourrait être encore en étude ou assistante par exemple.

Quand tu auras modifié ça, ça roule pour nous
Revenir en haut Aller en bas
I am the master of fright
avatar


The Blood Master
∞ Parchemins : 168

Re: Desdemona I. Beauregard -- Dans la tourmente des événements.   
Mar 6 Oct - 22:30

Capitole



   

∞ On a beaucoup aimé le parallèle avec la révolution française, une idée originale ! Marie-Ange, pardon, Desde a bien évolué !


Bravo à toi, tu as passé l'étape de la validation.

   Tu vas enfin pouvoir venir t'amuser avec nous.  Pour bien démarrer, n'oublie pas d'aller à l'état civil pour tous les recensement et demandes en tout genre (avatars, rang, logement, métier...). C'est dans ce coin que ça se passe.

   Ensuite pense à ouvrir ton sujet de relations afin de te créer des liens avec toute la communauté de TBG. Il y a aussi la gestion des rps que tu trouveras par ici. Tu vas pouvoir organiser tes réponses mais aussi demander aux autres de rpotter avec toi dans leurs sujets.

   D'autre part, pense à acheter un hibou car tu pourras en échanger avec les membres du forum juste là.

   Toute l'équipe de the Blood Games te souhaite encore une fois la bienvenue, et espère que tu te plairas avec nous  
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thebloodgames.forumactif.org
Invité
avatar


Invité

Re: Desdemona I. Beauregard -- Dans la tourmente des événements.   
Mer 7 Oct - 7:43
Haha merci :lick:
Je fais toutes les formalités dès que je ne réveillerais tout à l'heure xD
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

Re: Desdemona I. Beauregard -- Dans la tourmente des événements.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Desdemona I. Beauregard -- Dans la tourmente des événements.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Dreamworks dans la tourmente ?
» Après Lavalas le parti 'Louvri Baryè' de Renaud Bernadin dans la tourmente
» Evans Paul dans la tourmente: les deputés parlent...
» L'aide de 1 million dollar US promit du Cameroun à Haiti dans la tourmente
» debut d'année difficile pour Martelly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Blood Games :: Les Papiers du Ministère :: Quel est ton district ? :: Fiches de nos fantômes-