Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay

Invité
avatar


Invité

Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Lun 30 Nov - 18:02
Colin

Barclay

Prénom : Colin a été nommé comme son grand-père du côté maternel, un agriculteur Moldu qui décéda quand sa mère était encore enfant d’un accident. Il porte son prénom avec une certaine fierté, et n’a jamais caché ses racines Moldues. Nom de famille :  Barclay, un nom de clan écossais. Colin en est aussi fier dans un sens, car l’Ecosse est sa vraie patrie, chère à son cœur. Statut du sang : Sang-Mêlé. Sa mère est une Moldue, son père un Sang-Mêlé d’une lignée récente de sorciers (ses deux grands-parents paternels sont Nés-Moldus). Origine géographique : Colin est originaire de l’Aberdeenshire, au Nord-Est de l’Ecosse. Sa famille s’est ensuite installée à Lewis, grande île du Nord Est. Âge et date de naissance : Né le 5 Janvier 1958, a donc 23 ans. Orientation sexuelle : Hétérosexuel. Particularité : Aime beaucoup l'absurde. Métier : N’en a pas. Enchaîne les petits boulots un peu partout (serveur, cuisinier, vendeur, ouvrier) et arrondit ses fins de mois en vendant de la contrebande dans le District. Miroir de Rised : Lui et sa famille, sur le sommet d'une montagne en Nouvelle-Zélande. Probablement. Epouvantard : Une pièce sombre se rétrécissant petit à petit sur lui. Patronus : N’a jamais été assez doué pour en produire un corporel, s’arrête aux épais volutes de fumée. Composition de la baguette : Bois de pommier, plume de phénix, 27.7 cm. Le bois clair de cette baguette est torsadé, du haut de la poignée à sa pointe. Tendance : C’est compliqué. Colin admire la cause de l’Ordre, et déteste le monde que les Mangemorts ont mis en place. D’un autre côté, il n’a aucune envie de se battre ou de s’impliquer dans une cause aussi dangereuse. S’il peut soutenir les rebelles de loin, il pourrait le faire, mais sans trop se mouiller. Des emmerdes, il en a bien assez comme ça.   Animal de compagnie : Un chaton roux, Gaston, lui tient compagnie. Colin ne l’admettra jamais, mais il adore les chats. Il deviendrait un chat s’il le pouvait, là, tout de suite. Featuring : Jeremy Allen Crédits : Evie


You are unique

Caractère Une des premières choses qui frappe quand on rencontre Colin, c’est son regard qui se perd souvent dans le vague, comme s’il s’était éteint. Il suffit alors d’un léger sourire sur ses lèvres pour penser qu’il s’agit d’un mec simple, un peu trop ravagé par les événements, et pas franchement une lumière. La vérité, comme souvent, est ailleurs. Le jeune homme est en réalité plutôt vif d’esprit. Il comprend rapidement, relie les choses entre elles avec une facilité certaine et a de la culture, ce qui lui permet d’avoir un bon esprit critique. Il analyse rapidement et est plutôt doué pour se faire une idée plutôt juste des autres, de leurs non-dits, de ce qu’ils véhiculent par leur attitude, du pourquoi d’une lumière soudaine dans les yeux. D’un autre côté, Colin est un garçon rêveur et contemplatif, qui peut passer des heures à fixer une chose ordinaire, sur laquelle la plupart ne s’arrêteraient pas. Fasciné par l’eau, il peut passer un temps incroyable à regarder l’eau d’un ruisseau couler ou le frottement régulier des vagues sur une plage. Très sensible, il a besoin de cela pour évacuer le stress du quotidien et le poids des années douloureuses. L’écossais fait aussi beaucoup jouer son imagination pour se créer une bulle protectrice de l’âpreté ambiante, tant et si bien qu’il lui arrive d’être décalé face à la réalité à un instant T. Pour autant, il n’est ni crédule, ni naïf, et n’ira jamais parler de tout ça ouvertement avec qui que ce soit.
Colin est connu pour être non seulement un gros feignant, mais aussi un feignant doué pour éviter de faire quoi que ce soit de fatiguant. Procrastination, mauvaises excuses, faux accidents, tout est bon pour esquiver une tâche pénible. Il travaille pourtant, mais se débrouille toujours pour que ce soit juste assez pour le nécessaire vital, et n’ira jamais sacrifier sa santé ou simplement son énergie pour gagner beaucoup d’argent ou s’élever socialement. Cela ne l’intéresse simplement pas. De son héritage de ses longues années passées à Serpentard, Colin tire au moins deux caractéristiques : il sait bien mentir, et fait preuve de ruse pour arriver à ses fins plutôt que par la force ou des prouesses magiques. La meilleure manière de gagner un combat est encore de l’éviter frontalement.
Sarcastique, piquant, Colin aime user de l’humour pour se jouer des autres, sans que cela soit forcément méchant. Il s’agit simplement d’un mode de fonctionnement, et l’absurde et le détournement sont de toutes évidences bien plus amusantes que la sincérité et l’expression mécanique de la réalité. On peut voir ici une personne qui cherche simplement à se démarquer en ne faisant pas comme les autres. C’est peut-être vrai. Mais Colin a toujours eu du mal avec les concepts d’autorité et les règles en général. Il s’agit plus d’un esprit libre et contestataire, mais pas trop virulent pour ne pas s’attirer trop d’ennuis.
Pour revenir à ce qui a été survolé plus tôt, Colin n’est pas un sorcier très courageux, et il n’a pas une loyauté sans faille non plus. Non pas qu’il ait tendance à vendre ses amis pour un profit quelconque, Colin se refuse à une confiance aveugle et absolue en une personne ou une cause. Il se remet souvent en question, et remet de fait souvent en question ses choix, et parfois ses relations. De manière générale, Colin se fie beaucoup à son instinct dans l’immédiat, qu’il s’agisse de se sortir d’une situation délicate ou de se fier à des gens. Il sait qu’il a tendance à se poser beaucoup de questions, et que l’indécision peut le paralyser rapidement : la meilleure solution trouvée étant d’agir de suite, en essayant de faire au mieux, et de se traiter de sale con plus tard.
Pour finir, l’écossais est un jeune homme complexé. N’ayant jamais été un sorcier au grand talent, il a toujours eu l’impression d’être un sorcier de seconde zone quand certains de ses amis brillaient par leur talent. La guerre récente et les événements qui ont suivi l’ont confronté à des choix difficiles, qui le rongent parfois au milieu de la nuit. Colin sait qu’il n’a pas été un mec bien, et il doute parfois de mériter d’être en vie quand d’autres plus valeureux sont six pieds sous terre. Il a encore du mal à vivre avec ces remords.


This is a new world

Le commencement des districts Colin a toujours été épris de liberté, et les limites qui lui sont imposées sont faites pour être franchies. Aussi, quand on l’envoya dans le District 3, sur un jugement purement arbitraire, et qu’il se retrouva coincé par des barrières magiques, il n’eut aucune envie de se conformer aux règles. C’était injuste, il n’avait pas à vivre dans un ghetto à cause de son sang, il ne pouvait le cautionner. A cette période, Colin se souvient avoir pensé que c’était une mesure pour effrayer la population et que cela se tasserait : bientôt ils retrouveraient leur monde normal, et pourraient aller où bon leur semble, faire ce qu’il leur plait. Seulement, la révolte éclata, c’était inévitable, et le bain de sang qui suivit fut horrible. Colin, qui avait toujours fait le fier contestataire quand les retombées étaient minimes, était paralysé à l’idée de se battre. Il vit plusieurs amis tomber sous les sortilèges de leurs ennemis, des amis avec qui il avait grandi, rêvé dans le parc de Poudlard, refait le monde. Colin est un sorcier médiocre, du moins le voit-il comme ça, mais il sait qu’il aurait peut-être pu les sauver. Qu’aujourd’hui ils pourraient être là. Ils ne le sont plus, lui si. Et si le monde est aussi pourri, Colin sait qu’il l’a mérité.


Behind the mask

Pseudo Colin Ton âge 22 ans. Comment as-tu connu The Blood Games ?Par facebook ! As-tu un double compte ? Non. Ton personnage est : Un inventé. Une remarque ? Nop, super forum.



Dernière édition par Colin Barclay le Mer 2 Déc - 18:21, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


Invité

Re: Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Lun 30 Nov - 18:02

L'Histoire

sans fin


And may the odds be ever on your favor



Histoire Aujourd’hui, quand Colin repense à son passé, il a des images plein la tête. Des histoires lui reviennent en mémoire, un sourire se dessine doucement sur ses lèvres. Sa mère lui racontait souvent qu’elle n’arrivait plus à franchir les portes quand elle était enceinte de lui. Difficile à croire à la voir ainsi, fluette, gracieuse, mais le hochement de tête discret de son père veut dire bien des choses. Ses parents ne lui ont jamais trop dit comment ils s’étaient rencontrés, mais cela n’a finalement que peu d’importance : Colin n’aura jamais leurs souvenirs, et il connaît déjà le résultat. Une chose est sûre pourtant, ses parents étaient bien plus à l’aise pour vivre dans un monde moldu que dans le monde magique, et ce fut sa seule réalité pendant sa tendre enfance. Il se souvient d’Aberdeen, la cité grise, et le vol des mouettes hagardes au-dessus des jetées portuaires. Le fracas des vagues sur la digue les jours de tempête, les lumières du Nord au milieu de la nuit. Les rires cristallins de sa sœur aussi, et ses yeux qui pétillent d’une joie enfantine. Les Dimanches passés avec elle, planqués sur un château de draps à préparer des coups toujours plus tordus, qui se finissaient bien souvent par une remontrance de forme, à table, quand ils étaient réunis pour le dîner. Colin ne lui a jamais demandé, mais il pense que ses bêtises à répétition amusaient son père, en dépit du rôle qu’il avait à tenir. Sa mère, elle, ne comprenait vraiment pas pourquoi son fils s’amusait à entraîner sa petite sœur à tenter de faire frire des chaussures, et le « mais c’est pour voir, Maman » innocent ne la convainquait pas. Finalement, c’était assez simple, à cette période. Il lui suffisait de vouloir être heureux pour l’être, et le monde entier semblait apte à se soumettre à sa volonté juvénile, comme par exemple, abolir la mort, la souffrance et la douleur, ou décider de ne pas grandir, parce que les adultes rigolent et jouent vachement moins. Le temps peut être assassin, mais il eut la délicatesse de passer sans que Colin remarque vraiment, que malgré tout, il grandissait, et s’éloignait petit à petit de cette période sacrée, cet âge d’or.
Pour beaucoup d’enfants, apprendre à l’âge de 11 ans que leur monde n’est pas tout à fait celui qu’ils croyaient et qu’ils allaient devoir en découvrir un nouveau dont ils ne savaient rien avait quelque chose de perturbant. Colin, lui, accueillit la nouvelle avec un aplomb certain, comme si il s’y attendait un peu, au fond, et que ça n’avait rien d’étonnant que des gens volent sur des balais magiques ou élèvent des dragons. Les dragons existaient dans ses livres, après tout ! De là à dire qu’il quitta le cocon familial, la réalité est autre. La séparation de ses proches fut douloureuse, mais Colin savait qu’il avait beaucoup à découvrir, et il était convaincu que sa sœur était aussi une sorcière, et qu’elle le rejoindrait dans trois ans, et qu’ils pourraient alors faire comme avant, mais en mieux, parce que les parents ne seraient plus là pour veiller au grain.

Lorsqu’il passa sous le Choixpeau, ce dernier l’envoya sans hésiter beaucoup à Serpentard. Cela ne le réjouit pas trop sur le coup. Il avait peur des serpents. Et l’idée de vivre dans un cachot ne le faisait pas fantasmer. Avec les années cependant, il se surprit à aimer sa Maison, en tirer une certaine fierté, même s’il ne partageait pas l’idéal de son Fondateur ni les convictions de plusieurs camarades, pour qui le sang comptait plus que le mérite. A Poudlard, certains élèves souhaitaient se démarquer en brillant en cours, d’autres en étant populaires, d’autres encore, de grands sportifs. Colin préférait à tout ça se démarquer pour ne rien faire et passer entre les mailles de filet. Oh, bien sûr, il passa des jours entiers en retenue, et ses notes étaient tout juste assez bonnes pour lui laisser une chance de passer à l’année suivante ou d’avoir ses examens, mais ça lui allait bien. Il savait déjà qu’il ne voulait pas devenir Ministre de la Magie. Quand, lors de sa cinquième année, il eut un entretien avec le professeur Rogue pour parler de son orientation, le jeune sorcier sentit le dépit transpirer de chaque parcelle de son professeur aux cheveux gras. Le jeune homme n’avait pas d’ambition particulière, et il ne fallait pas de diplômes particulier pour faire des petits boulots. De toutes façons, Colin a le sentiment que ses professeurs laissèrent tomber assez vite l’idée de faire de lui un « bon » sorcier.
Sa spécialité, à Poudlard, outre sécher les cours, devint, à partir de sa 5ème année justement, de réussir à faire passer des objets interdits dans l’enceinte, et tout particulièrement quelques rares bouteilles de Whisky-Pur-Feu, ce qui le rendait en peu de temps – et pour peu de temps – incroyablement populaire. Sa sœur, qui était à ce moment-là en deuxième année à Poufsouffle, n’en sut jamais rien. Colin savait qu’il perdrait beaucoup de son estime si elle l’apprenait, et que ses parents e tarderaient pas appliquer des sanctions pendant les vacances scolaires, la seule période de l’année où il pouvait faire une grasse matinée sans avoir peur de se faire tirer du lit par un Rusard mécontent. Non, encore une fois, il fallait faire stratégique et masquer au mieux. Passer pour un branleur, d’accord, pour un criminel en puissance, non.

Quand il quitta enfin Poudlard, Colin se sentit comme paralysé. Lui qui avait toujours voulu plus de libertés, qui avait toujours refusé le cadre, se retrouvait soudainement majeur, et libre de faire ce qu’il voulait sans que personne ne puisse le lui reprocher. Il pouvait aller à la découverte du monde, explorer la Nouvelle-Zélande, un pays qui l’avait toujours fasciné, aller à la fac parmi les moldus dans une discipline absurde, ou encore gagner de l’argent comme il l’entendait. Un trop plein de possibilités qui le submergeaient et l’empêchaient de faire quoi que ce soit. Il n’avait jamais su se décider, comment le pouvait-il à ce moment-là ? Alors, Colin fit ce qu’on s’attendait qu’il fasse, il prit un job de serveur dans un pub au Chemin de Traverse. Se paya une piaule misérable, dans un vieil immeuble dans le Londres moldu, au 7ème étage sans ascenseur. Et quelques mois plus tard, commença à plonger dans le crime. Ce n’était pas le crime armé, méchant, hargneux, non. Il s’agissait une fois de plus de faire passer des objets en contrebande, de trouver des receleurs, d’éviter les regards de la Brigade Magique, parfois d’aller gagner un peu de sous dans un casino moldu avec quelques sortilèges discrets. Colin gagnait plus, et il aurait pu aspirer à mieux, à prospérer tranquillement. Mais l’argent ne l’intéressait pas. Aussi étrange que cela puisse paraître, il ne faisait rien de tout cela pour ça.
Colin se souvient de l’enterrement de Dumbledore. Sa sœur était là, et avec elle plein d’amis qu’il avait plus ou moins perdus de vue ces deux dernières années. Il se souvient des jours qui suivirent, où, la tête plongée dans ses mains, l’haleine puant l’alcool, il s’était demandé pourquoi il gâchait sa vie alors qu’il était plus que temps de la vivre. Il ne savait pas, c’était comme plus fort que lui, une force mystérieuse qui le faisait se terrer, comme s’il avait voulu se punir pour avoir fait quelque chose de mal. Ironique, tout ça. Impliqué dans ses divers commerces, il avait de toutes façons besoin de temps avant d’envoyer tout valser et de partir sur la route voir s’il y était. Le temps manqua. Quelques mois plus tard, un coup d’Etat éclata et balaya toute chance de liberté. Il fut confiné au District 3 avec son père, sa sœur, et ses deux grands parents paternels, pour les punir d’être nés. Sa mère, elle, ils avaient dit qu’elle ne se souviendrait plus de rien. Ce fut un premier coup de couteau. Sec. Violent. Inattendu.

Colin faisait les cent pas dans la salle à manger, le regard vide. Il devait se passer se passer quelque chose, ce n’était pas possible. Les Mangemorts allaient être submergés, emprisonnés, et il pourrait retrouver sa mère et la serrer dans ses bras, lever le sortilège peut-être, mais au moins, au moins, lui dire au revoir. Cela ne pouvait pas se passer comme ça. Il avait envie d’hurler à s’en déchirer les poumons. La porte s’ouvrit pour laisser entrer sa sœur, et Colin sortit en courant. Un hurlement rauque résonna au loin.
Ils avaient perdu. La révolte s’était écrasée contre la marée de Mangemorts comme une vague sur la roche noire. Dispersés, meurtris, les sorciers n’avaient pas su faire face, ils en payaient aujourd’hui les conséquences. On enterra les morts, pansa les blessés, consola les rescapés. Il y aurait forcément des retombées, tout le monde le savait, c’était la manière de faire du Seigneur-des-Ténèbres. Colin cessa de voir sa sœur, qui refusait d’accepter qu’il ait pu l’empêcher d’aller au combat. Assis sur une vieille pierre, les yeux fermés, ce dernier adressa une prière silencieuse à l’infini. Ils avaient besoin d’aide. Il avait besoin d’aide. Il avait besoin d’une lumière qui lui donne la force de continuer. Il avait besoin d’espoir.

Aujourd’hui, Colin a repris sa vie en main, dans la mesure du possible, en décidant, ironiquement, de faire comme ce qu’il faisait avant que tout cela n’arrive : enchaîner les petits boulots et faire passer des objets illégaux. La différence réside peut-être dans le fait qu’il a le sentiment de pouvoir être un peu utile comme ça, de rendre la vie dans le District 3 un peu meilleure. Le jeune sorcier vient de fêter son 23ème anniversaire, mais l’annoncer des Jeux imminents laisse toujours planer un doute. Et s’il devait-être choisi ? Et si sa sœur devait l’être ? Et s’ils l’étaient tous les deux ? Il doit trouver une faille dans le système. Il y a toujours une faille.



Dernière édition par Colin Barclay le Mer 2 Déc - 18:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
She walks in starlight in another world
avatar


Alcyone L. Yaxley
∞ Parchemins : 383

Re: Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Lun 30 Nov - 18:13
Bienvenue par ici Colin

Si tu as la moindre question, n'hésite pas :luv:

_________________
LIVE AND LET DIE
When you were young and your heart was an open book, you used to say live and let live. You know you did. But if this ever changin world in which we live in makes you give in and cry say live and let die. Live and let die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Basile C. Prewett
∞ Parchemins : 47

Re: Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Lun 30 Nov - 18:36
Bienvenue ! :**:
Le début de ta fiche est fort sympathique, j'ai hâte d'en savoir plus !

_________________

   
If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


Invité

Re: Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Lun 30 Nov - 19:01
Merci ! Ravi d'être ici, ce forum est trop coool !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


Invité

Re: Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Lun 30 Nov - 20:37
Welcome here Colin ! (Ce prénom. *wink wink*)

Bon courage pour ta fiche et amuse-toi bien parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Edward W. Knight
∞ Parchemins : 36

Re: Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Mar 1 Déc - 21:24
J'adore le caractère de Colin !!!!

Bienvenue parmi nous et bonne chance pour la suite de ta fichette, j'ai hâte de voir ce que ça va donner ;p

_________________

Edward W. Knight
"La nature fait les sorciers semblables, la vie les rend différents"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La roux tourne...
avatar


Robyn B. Weasley
∞ Parchemins : 108

Re: Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Mer 2 Déc - 14:37
Waaaaah Mais quel Personnage de fouuuuuuu !
Bienvenue ici & bon courage pour la fin de ta fiche !

Des ptits Bisous !

Rob'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


Invité

Re: Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Mer 2 Déc - 15:28
Merci, c'est chouette ! Hâte de venir vagabonder par ici !
Revenir en haut Aller en bas
La roux tourne...
avatar


Robyn B. Weasley
∞ Parchemins : 108

Re: Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Mer 2 Déc - 15:56
(Ah oué, nous faudra un lien. :litx: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


Invité

Re: Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Mer 2 Déc - 18:15
(Quand tu veux !)
Revenir en haut Aller en bas
I am the master of fright
avatar


The Blood Master
∞ Parchemins : 168

Re: Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Dim 6 Déc - 18:30

District 3



∞ Un futur rebelle ? Attention à ses envies révolutionnaires !


Bravo à toi, tu as passé l'étape de la validation.

Tu vas enfin pouvoir venir t'amuser avec nous. Pour bien démarrer, n'oublie pas d'aller à l'état civil pour tous les recensement et demandes en tout genre (avatars, rang, logement, métier...). C'est dans ce coin que ça se passe.

Ensuite pense à ouvrir ton sujet de relations afin de te créer des liens avec toute la communauté de TBG. Il y a aussi la gestion des rps que tu trouveras par ici. Tu vas pouvoir organiser tes réponses mais aussi demander aux autres de rpotter avec toi dans leurs sujets.

D'autre part, pense à acheter un hibou car tu pourras en échanger avec les membres du forum juste là.

Toute l'équipe de the Blood Games te souhaite encore une fois la bienvenue, et espère que tu te plairas avec nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thebloodgames.forumactif.org



Contenu sponsorisé

Re: Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay   
Revenir en haut Aller en bas
 

Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière - Colin Barclay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» Wouyyyyyyy Le premier ministre Bellerive ''heureux'' de l'issue des élections
» [UPTOBOX] Un Heureux événement [DVDRiP]
» Il suffit d'un rien pour être heureux [pour élèves]
» Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants... Oupah.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Blood Games :: Les Papiers du Ministère :: Quel est ton district ? :: Fiches de nos fantômes-