Edward ღ « Everything could happen between now and never »


avatar


Basile C. Prewett
∞ Parchemins : 47

Edward ღ « Everything could happen between now and never »   
Sam 5 Déc - 15:21



Edward & Basile




Le bruit du verre brisée, une course précipitée pour se rendre vers l’origine de bruit, un grognement indistinct et enfin… « Nala par la barbe de merlin qu’est ce que tu fous encore ?! ». Basile aimait ce chat probablement autant qu’elle le détestait. Il apportait tout ce qu’elle n’avait plus dans sa vie : la joie, la bonne humeur, mais aussi les petites surprises du quotidien, surprises dont on se passerait bien à six heures du matin. Ce chat allait tuer le peu de sommeil qu’elle pouvait récupérer ces derniers temps et à ce rythme là, elle ne tiendrait pas longtemps. Soupirant, la brune enfonça son visage dans son oreiller, en essayant vainement d’ignorer les bruits qu’elle pouvait entendre. A contre cœur et parfaitement réveillée, l’ex Serdaigle finit par quitter son lit. Enfilant un gilet pour s’armer contre le froid de l’hiver qui approchait, elle descendit au rez de chaussée pour évaluer les dégâts… Craignant le pire, elle poussa du bout de son pied la porte, pour constater que le sol ressemblait à présent à un terrain de guerre. Soupirant, elle tira sa baguette magique de sa poche et d’un mouvement ample et souple répara les dégâts. Les objets reprirent leurs formes instantanément comme si rien ne s’était passé, et une seconde plus tard, chaque chose était de nouveau rangée à sa place.

Replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille, Basile chercha la créatrice de cette scène de guerre. Cela ne pouvait être que Nala, ce petit chaton dynamique et intenable qu’elle avait recueilli quelques mois plus tôt. « Nala, nala viens là, allez montres toi… ». Constatant que sa stratégie n’était pas des plus efficaces, la sorcière versa un peu de lait dans le bol de l’animal pour le faire sortir de sa tanière, mais à sa grande surprise, ce n’est pas son chat qui pointa le bout de son museau. « Mais d’où tu viens toi ? ». Cherchant un collier ou un indice sur l’identité de ce chat qu’elle ne connaissait pas, Basile remarqua rapidement qu’il était blessé. « Bon, on a plus qu’à s’occuper de ça n’est ce pas ? ». Depuis qu’elle était arrivée dans le district 5, Basile appréciait davantage la compagnie des animaux, peut être même plus que celles des hommes. Attrapant le chat, elle le plaça sur la table afin de pouvoir mieux l’observer. Elle n’avait aucune idée de la façon dont il s’était blessé mais cela devait faire déjà quelques jours puisque la plaie était infectée. Nettoyant la blessure, elle plaça quelques herbes médicinales à l’intérieur afin de permettre la cicatrisation. Elle laissa ensuite le chat s’installer dans le panier de Nala, avant de retourner à ses occupations.

Les jours passèrent sans que l’animal ne manifeste l’envie de quitter son nouveau foyer. Basile continua de lui dispenser les soins nécessaires, pour qu’il se remette de sa blessure tout en s’assurant qu’il mangeait à sa faim. En plus de cela, l’animal semblait avoir trouvé une nouvelle amie. Les deux chats passaient leur temps ensemble, sans doute à explorer le district. Ce n’est que le lendemain en fin d’après midi que les choses changèrent. Alors que Basile allait livrer son gibier comme tous les soirs, elle reconnu l’animal qu’elle avait recueilli quelques jours plus tôt. Il se promenait parmi les marchands. Intriguée, la jeune femme laissa son butin pour suivre son nouveau compagnon. Il la conduisit à travers plusieurs étalages jusqu’à ce qu’enfin, elle puisse le rattraper. « Ou est ce que tu cours comme ça… ? » Observant les alentours, il suffit d’un moment d’inattention pour que l’animal lui échappe à nouveau. Se lançant de nouveau à sa poursuite, elle ne courut pas plus d’une minute avant de percuter de plein fouet un autre sorcier. Tombant lourdement par terre, elle mit quelques secondes avant de reprendre ses esprits et de se relever. « Désolée, je ne regardais pas où j’allais, j’étais concentrée sur ce maudit chat… Rien de cassé ? ». Le jeune homme qui lui faisait face avait un air familier, comme si elle l’avait connu des années auparavant… Fronçant les sourcils, elle essaya de se souvenir où elle l’avait rencontré, sans pourtant parvenir à mettre la main sur son souvenir…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Edward W. Knight
∞ Parchemins : 36

Re: Edward ღ « Everything could happen between now and never »   
Dim 6 Déc - 15:34



Everything could happen between now and ever
Edward ∞ Basile




- Dites les gars ! Vous n’auriez pas vu Chalk par hasard ?
- Hum... non désolé Ed.
- Pas vu.
- Je ne crois pas.
- Pas depuis Lundi

Les pêcheurs venaient d’achever leur journée et mettaient en bac leur butin pour s’en aller le vendre au marché.  Aujourd’hui encore les collègues de mon père semblaient s’être donnés le mot. Personne n’avait vu mon chat depuis trois jours, augmentant peu à peu mon inquiétude.

- Bon ok, merci les gars.
- A ton service Ed. On se voit tout à l’heure !

Venant de passer le port, je continuais mon chemin en direction du marché, foulant la vieille route en béton de mes bottines usagées. A chacun de mes pas, les bouteilles entassées dans mon sac à dos se mettaient à tinter dangereusement. Il me restait approximativement trois livraisons à faire, deux récipients à récupérer, quelques kilos de grains à acheter et un chat à trouver. Tout cela en seulement quelques heures puisqu’après il me faudrait retourner au bar pour servir les travailleurs fatigués.
Frappant mon poing ganté contre la vieille porte en bois des O’Malley, j’attendis patiemment que Virginie se décide enfin à m’ouvrir.

- Salut Virginie, comment vas-tu ?
- Oh Ed ! Tu arrives bien tôt ma parole. Rentre donc, il fait un froid de canard là dehors.
- S’aurait été avec plaisir, refusais-je poliment, mais je suis assez pressé. Tu as ce que je t’ai demandé ?

Elle acquiesça et me tendit une bouteille vide, d’un verre sale et ébréché.

- Merci au fait. Ce vin m’a été fort utile pour cuisiner. Bob passera ce soir au bar, prends bien soin de lui d’accord ?
- A+ Virginie, saluais-je en souriant.

M’éloignant de la maison de pierre, j’accélérais le pas.
Bientôt je me trouvais entouré de  toute sorte de gens ; marchands, clients, vendeurs, acheteurs, pêcheurs, fermiers... etcetera. Tous faisaient un bruit pas possible, même pour une fin d’après midi d’hivers. Les étales étaient recouvertes de toutes sorte de produits ; fruits, poisson, viande, lait, pain, grains et même quelques fois de vêtements.  Ne perdant pas une seconde j’abordais Fred, qui vendait son grain en gros sac de toile.

- Oh Ed ! Me salua-t-il. Je suis désolé mais je ne peux pas t’en vendre aujourd’hui.
- Mais pourquoi ?
- Tout a déjà été acheté par un sorcier étrange du nommé Marsh.
- Mais Fred ! On s’était mit d’accord...
- Je sais Ed.
- Un kilo de grain contre trois bouteilles. C’est ce qui était convenu...

Il souffla, véritablement attristé de ne pas pouvoir m’aider.

- Tes bières devront attendre. Je suis désolé.

Malheureusement non. Elles ne peuvent pas attendre. Je n’avais presque plus de grain à faire fermenter et dieu sait que les clients attendaient avec impatience leurs malheureuses bières au beurre. Sans grain pas de bière. Sans bière pas de  clients.

- Repasse dans quelques jours, conclu Fred en secouant sa moustache. Tu as ce que je t’ai acheté la dernière fois ?

Non sans râler intérieurement, je posais mon sac au sol et en sortais discrètement une petite bouteille de Xérès. Mais alors que mon genou était encore appuyé sur le sol froid, une tâche blanche passa dans mon champ de vision. Vif, fière, hautain et libre comme l’air, je l’aurais reconnu entre mille. Chalk.
Me lançant à sa poursuite, j’abandonnais Fred et sa bouteille et me faufilais en courant entre les étalages, prêtant peu d’attention aux personnes autour de moi. Toute ma concentration était alors portée sur mon angora turc blanc, qui s’amusait de me faire tourner en bourrique. Sortant ma baguette de ma veste, je souhaitais lancer un sort pour l'attraper. Mais chaque fois que je m'y apprêtais, il changeais de direction, disparaissant de mon champ visuel. J'étais désormais sûr qu'il m'avait aperçu et qu'au fond de lui il riait bien de me voir courir comme un fou. Ah ! Ce vieux ...

Les bouteilles dans mon sac firent un son bien dangereux. M’étalant au sol, je mis du temps à comprendre que quelqu’un m’avait percuté. Ou étais-ce peut-être l’inverse ? Moi qui lui serais rentrée dedans ? Car oui, je venais d'heurter quelqu'un, une fille, qui de plus avait un visage étrangement familier.

- Désolée, je ne regardais pas où j’allais, j’étais concentrée sur ce maudit chat… Rien de cassé ?

- Non c’est moi. Je ne faisais pas...

Je me relevais péniblement, un peu confus, et saisissait mon sac et ma baguette dans la foulée. Epoussetant ma veste et mon pantalon je m’arrêtais. Un chat ? Quel chat ? Mon chat ? Où était-il passé d’ailleurs celui-ci ? Regardant aux alentours sans voir la moindre trace de Chalk je jurais intérieurement. « Et m**** ! »
Lorsqu’enfin je tournais mon regard vers elle, je fus assaillit d’une étrange sensation. Un souvenir du passé, qui revenait à la charge. Son visage me disait quelque chose... L’imaginant alors habillée en membre de l’équipe de Serdaigle, avec un balai à la main, ma mémoire travailla davantage.
Un prénom en B. Be... Ba... Bas...

- Oh, m’étonnais-je. Basile Prewett c’est ça ? Désolé de t’avoir bousculée je ne faisais pas attention. Je poursuivais... [soufflant]  mon chat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Basile C. Prewett
∞ Parchemins : 47

Re: Edward ღ « Everything could happen between now and never »   
Sam 12 Déc - 15:06



Edward & Basile




La couse folle à travers les étales du marché n’était qu’un petit jogging pour Basile. La sportive jeune femme avait l’habitude de courir et de se dépenser. D’abord à travers la chasse qui sollicitait beaucoup ses capacités physiques, et puis il y avait aussi le Quidditch qui l’avait formé pendant des années. Elle avait tellement aimé ce sport et les sensations qu’il lui procurait, qu’elle avait toujours tout donné pour obtenir la victoire. Et aujourd’hui, elle pouvait encore voir que ses efforts payaient. Malgré l’absence de pratique de son sport préféré, il lui restait de très bon reste. Et puis finalement même si cet animal la rendait folle, lui courir après n’était pas si désagréable. Cela lui permettait au moins de se défouler et peut être même d’arrêter de réfléchir. Cela ne pouvait pas lui faire du mal après tout. Evacuer ses émotions et sa frustration par la course n’était sans doute pas une si mauvaise idée. Il faudrait absolument qu’elle creuse la question afin de trouver l’équilibre qui lui manque en ce moment. Peut être était ce la clé pour qu’elle retrouve enfin un semblant de vie « normale ».

Le choc de sa chute au sol lui remit rapidement les idées en place. Sortant de ses pensées, elle réalisa qu’elle n’avait absolument pas regardé où elle allait, concentrer sur cette boule de poil après laquelle elle courait, elle n’avait pas vu le jeune homme qui croisait son chemin, et la collision eut lieu. Tous les deux furent lourdement projetés au sol et presque automatique Basile s’excusa. Elle était pleinement responsable de cet accident et elle espérait surtout que le petit blond n’avait rien de cassé. - Non c’est moi. Je ne faisais pas.... Il ne termina pas sa phrase, occupé à se relever. Tout comme la sorcière, il épousseta ses vêtements pour enlever la poussière qui s’y trouvait. Observant le jeune homme, elle détailla son visage qui avait quelques choses d’étrangement familier. Pourtant elle fut incapable de retrouver où elle l’avait déjà rencontré… - Oh, Basile Prewett c’est ça ? Désolé de t’avoir bousculée je ne faisais pas attention. Je poursuivais...mon chat. Mais lui savait pertinemment qui elle était visiblement… Immédiatement, Basile pensa à Poudlard et aux nombreuses personnes qu’elle avait rencontré là bas, il était surement l’un d’entre eux, probablement un ex Serdaigle tout comme elle. Oui c’était ça… Mais comment s’appelait-il déjà ? « Non, c’est moi j’étais dans mes pensées et je poursuivais, ton chat. ». Un très léger sourire se dessina sur son visage, c’était de drôle de circonstances pour se retrouver. Et tout ça à cause de quoi ? D’un chat qui visiblement ne voulait être trouvé par personne.

Ramassant le sac du jeune homme qui était tombé lui aussi au sol, Basile lui tendit en faisant teinter les bouteilles qui se trouvaient à l’intérieur. « C’est ton chat alors ? Il est arrivé chez moi il y a quelques jours… Il était blessé. Je l’ai gardé pour le soigner mais apparemment il va beaucoup mieux ! Il doit être de nouveau en pleine forme pour courir ainsi. ». Les soins de l’herboriste avait porté ses fruits si l’animal pouvait se mouvoir aussi rapidement. « Hum… Je suis désolée, je me souviens vaguement de toi, tu étais aussi à Serdaigle non ? Tu peux me rappeler mon prénom ? ». Elle avait beau avoir une bonne mémoire, pour une fois, celle-ci lui faisait défaut, ce qu’elle n’appréciait pas vraiment. C’était plutôt gênant de devoir avouer à quelqu’un qu’on ne se souvenait plus de son identité… « Tu veux un coup de main pour rattraper ton chat ? Comment il s’appelle d’ailleurs ? ». Après tout sa journée était terminée. Elle avait effectué sa chasse du jour, avait déposé sa viande au boucher qui se chargerait de la revendre sur ce même marché, alors elle pouvait bien rester un peu et offrir son aide à cet ancien camarade. Cela ne pouvait pas lui faire de mal après tout. Basile était habituée à être seule. La solitude était devenue comme une amie au fil du temps et il fallait que ça change. Et rien de tel que de saisir l’occasion qui se présentait à elle, à l’instant pour commencer à faire bouger les choses.


_________________

   
If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Edward W. Knight
∞ Parchemins : 36

Re: Edward ღ « Everything could happen between now and never »   
Dim 13 Déc - 23:32



Everything could happen between now and ever
Edward ∞ Basile




Décembre 1975

Le vent froid de l’hiver venait fouetter nos visages émoustillés par le match qui se jouait devant nos yeux. La neige nous martelait les pommettes, les réduisant à de vulgaires tâches rouges presque voilées par nos écharpes aux couleurs argent et bleu, dignes de notre maison dont nous étions si fier. Accompagné de mes deux meilleurs amis ainsi que du reste des membres de Serdaigle, nous hurlions de tout cœur pour encourager notre équipe. Collés les uns aux autres, morts de froid et presque sourd, cela nous importait peu, car aujourd’hui nous gagnions contre Serpentard. Et le match était des plus actif.
De ma place, j’observais avec attention les poursuiveurs qui s’échangeaient le souafle d’une habilité hors du commun, sans perdre de performance en raison du froid. Le commentateur venait se joindre à nos cris : « Et le capitaine d’équipe Oscar Diggory intercepte le souafle !  [Hurlements des spectateurs] Il évite de justesse son adversaire la passe à son coéquipier qui la lui redonne de justesse avant de Ouh ! [Cris de douleur dans les gradins] ... se prendre le cognar. En voilà un qui va avoir besoin de soins ! Mais il ne s’arrête pas ! Il esquive comme un aigle en plein vol, et c’est le cas de le dire, s’approche des buts, fait la passe à Basile qui effectue à son tour un mouvement de balais incroyable pour éviter le gardien qui s’est jeté sur elle et ... [suspens palpable dans le stade] Et c’est marqué ! Dix points de plus pour Serdaigle !! [Hurlement de joie] »
Nous criions de tous cœur, trop heureux de ces points en plus. Décidemment, ce match était palpitant et inoubliable.
- Qui c’est déjà elle ? me demanda alors Léo qui se perdait dans les noms.
- Elle, c’est la septième année Basile Prewett, lui répondis-je.
- Mais elle est trop forte !
- Comme tu dis. Et elle est dans notre équipe ! waaaahoooooouuuuuu ! Aller Serdaigle !!!
Nous nous remîmes à hurler de plus belle, en faisant virevolter nos drapeaux aux couleurs de Serdaigle.

-------------

Mon cœur manqua un battement, et je fus pris de sueur froide lorsqu’elle me rendit mon sac. Les bouteilles avaient dangereusement tintées et j’avais espéré qu’elle n’avait rien entendu.

-C’est ton chat alors ? Il est arrivé chez moi il y a quelques jours… Il était blessé. Je l’ai gardé pour le soigner mais apparemment il va beaucoup mieux ! Il doit être de nouveau en pleine forme pour courir ainsi.    

Mon esprit se perdit dans ce flux de paroles, tandis que j’étais sur-concentré à observer les traits de son visage, que je n’avais jamais vu d’aussi près. Il m’était en effet arrivé de la voir de loin, passant dans les couloirs, dans la salle commune ou encore sur son balai à virevolter dans les airs. Mais jamais au grand jamais je ne m’étais approché d’elle à moins de dix mètres. Or là, elle était face à moi, presque souriante et incroyablement vraie.
Les souvenirs affluaient dans mon esprit, et venaient marteler ma sensibilité comme des coups de marteau. Et même s’il m’était douloureux de repenser à ces doux moments de vie désormais voilés par les districts, il m’était agréable de rencontrer enfin une des personnes que nous admirions tant mes amis et moi dans le passé. Quelle ironie du sort non ? Cinq ans plus tard, se retrouver là, alors que nous ne nous étions jamais parlé à Poudlard. Et ce à cause de quoi ?! D’un misérable chat fuyard.

- Hum… Je suis désolée, je me souviens vaguement de toi, tu étais aussi à Serdaigle non ? Tu peux me rappeler ton prénom ?
- Oh, c’est normal que tu ne te souviennes pas de moi, répondis-je en souriant.

On aurait pu penser que j’aurais été déçu qu’elle ne se souvienne pas de mon prénom, mais au contraire j’étais bien trop content qu’elle se souvienne « vaguement » de moi.

- En effet, j’étais à Serdaigle. Et un fervent supporter de quidditch. Je m’appelle Edward, mais généralement les gens m’appellent Ed.
- Ouai ou Eddie, balança le marchand à ma droite en rigolant.
- Oui aussi, acquiessais-je.

Inutile de préciser que j’étais tellement fan que je me rappelais approximativement des tous les membres de l’équipe Serdaigle.
Puis je réalisais ce qu’elle avait dit justement quelques instants auparavant ; ce crétin de chat s’était blessé ! Voilà pourquoi il avait disparu aussi longtemps. Etrangement cela ne m’étonnait pas. Du genre aventurier, il pouvait s’en aller loin, traîner dans des endroits dégoutants et puants, et en ressortir propre comme un gallion neuf.
Aussi blancque la neige de décembre 1975.

- Tu veux un coup de main pour rattraper ton chat ? Comment il s’appelle d’ailleurs ?
- Ce crétin de chat s’appelle Chalk.

Regardant ma montre, je compris alors qu’il ne me restait que peu de temps pour le récupérer.

- Et un peu d’aide serait acceptée avec gratitude.

Nous remettant en marche vers là où il s’en était allé, je regardais dans tous les coins pour tenter d’apercevoir sa queue blanche trainer dans un coin. Puis, je réalisais que des remerciements ne seraient pas de trop vis-à-vis des soins qu’elle lui avait procuré et à l’aide qu’elle proposait de fournir. Car oui, malgré mes émotions refoulées sur l’animal, je l’aimais plus que tout et sa santé m’était aussi précieuse que l’alcool dans mon sac.

- Au fait, merci pour les soins. Je ne sais pas comment te rembourser... Chalk est un grand aventurier alors cela ne m’étonne pas qu’il se soit blessé. Où s’est-il fait mal d’ailleurs ?

M’arrêtant net je réalisais que ma recherche ne servait à rien. Il ne m’était jamais arrivé de le retrouver ainsi. Chaque fois il me narguait du haut d’un perchoir et me faisait courir un kilomètre avant de se laisser attraper.

- Désolé s’il a put te causer du tort, mais c’est en quelque sorte... un esprit libre.

Je la regardais de nouveau, avant de reprendre.

- Euh... Par contre je... ne sais pas comment le retrouver. Je n’ai jamais réussi à le récupérer de la sorte...

_________________

Edward W. Knight
"La nature fait les sorciers semblables, la vie les rend différents"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Basile C. Prewett
∞ Parchemins : 47

Re: Edward ღ « Everything could happen between now and never »   
Lun 11 Jan - 21:21



Edward & Basile




Les rencontres sont parfois des plus inattendues. Au coin de notre rue, au détour d’un couloir, pendant une course poursuite, par un élan soudain de solidarité… Fruit du hasard ou du destin, elles ont en tout cas, la particularité de se produire lorsqu’on s’y attend le moins. Basile était bien placé pour le savoir, ses plus belles rencontres s’étaient produites au moment elle pensait que cela n’arriverait jamais. Dans ces moments étranges ou la solitude l’envahissait. Dans ces moments où elle pensait être seule, la lumière revenait étrangement. Légèrement pour commencer, puis plus puissante, plus vive, elle s’insinuait en elle, jusqu’à ce qu’elle s’ouvre complètement à ce signe du destin. Et c’était peut être ce qu’elle s’apprêtait à faire après tout. Peut être que ce maudit chat qui s’était rendu blessé jusque chez elle était un nouveau signe pour qu’une de ces improbables rencontres se produisent.
Perdue dans les dédalles du marché, elle restait bêtement accrochée à cet animal. Il n’était pourtant pas bien aimable avec elle, mais elle s’était bizarrement attachée à lui. Et puis elle devait encore le surveiller quelques jours pour s’assurer que sa blessure avait bien guéri. Elle s’était alors mise à lui courir après, retrouvant son agilité et ses réflexes de sportives. C’était loin d’être comme un vol sur un balai, mais pour autant ce n’était pas désagréable. Au contraire c’était vivifiant et cela lui évitait de trop penser. Mais tout se stoppa bêtement lorsqu’elle bouscula un jeune homme, visiblement plus jeune qu’elle. L’action se déroula si vite, que moins de deux minutes plus tard, elle était debout prêt de lui, en lui tendant son sac qui tinta légèrement. Le blondinet la regarda intensément, à tel point que cela la troubla légèrement. Fronçant les sourcils, elle se demanda un instant si elle ne le connaissait pas, jusqu’à ce qu’il réponde lui-même à cette question.

La discussion s’engagea alors entre les deux jeunes gens, et Basile réalisa rapidement qu’ils avaient tous les deux partagés les bancs des Serdaigles lors de leur scolarité à Poudlard. Toutefois, elle était bien incapable de se souvenir de son prénom… - Oh, c’est normal que tu ne te souviennes pas de moi… En effet, j’étais à Serdaigle. Et un fervent supporter de quidditch. Je m’appelle Edward, mais généralement les gens m’appellent Ed . Un marchand du coin en rajouta une couche, arrachant un sourire à la jeune femme, avant qu’elle ne rapporte son attention sur le fameux Edward. Elle n’avait jamais réalisé à quel point le Quidditch avait pu marquer les autres. Elle avait toujours été forgée par ce sport qu’elle aimait tant, mais elle n’avait pas pensé qu’elle avait pu marquer les esprits par ces quelques prouesses aériennes…

Ne s’étalant pas sur ses exploits sportifs, la jeune femme préféra directement passer à l’action en proposant à Ed de l’aider à retrouver son animal. Nommé Chalk, il était visiblement doué pour la fuite, si son maître avait besoin d’aide pour le trouver. Se mettant en route, les deux Serdaigles scrutèrent chaque recoin de chaque étale dans l’espoir d’apercevoir la chétive boule de poil et de s’en emparer. Toutefois, la créature était rapide et ils ne parvinrent pas à le trouver immédiatement. - Au fait, merci pour les soins. Je ne sais pas comment te rembourser... Chalk est un grand aventurier alors cela ne m’étonne pas qu’il se soit blessé. Où s’est-il fait mal d’ailleurs ? . Il s’arrêta net, sans que Basile ne sache pourquoi. Elle se contenta alors de lui répondre. « Les cotes, il a du s’accrocher quelques part. La blessure n’était pas très profonde, mais il saignait malgré tout. Je l’ai gardé quelques jours pour qu’il puisse se reposer et se remettre.». Regardant autour de lui, il finit par reprendre la parole, presque sur un ton désespérer. - Désolé s’il a put te causer du tort, mais c’est en quelque sorte... un esprit libre. Euh... Par contre je... ne sais pas comment le retrouver. Je n’ai jamais réussi à le récupérer de la sorte... . Basile lui accorda un léger sourire, avant d’observer attentivement les alentours. Difficile de trouver un animal qui ne souhaitait pas l’être. Il serait capable de rester des heures cachées dans un trou. Mais il sortirait forcément pour une chose. Mais cela n’arriverait pas dans l’immédiat. « Viens suis moi, ça ne sert à rien de le chercher dans tout ce bazar, attendons que les marchands remballent. ».

Guidant Edward jusqu’à la sortie, elle sortit ensuite une miche de pain de sa sacoche. La coupant en deux elle en émietta une partie avant de la déposer au sol. Seule la faim ferait sortir la bête, après tout c’était comme cela qu’il était arrivé chez elle dans un premier temps. « J’espère que la faim le ferra sortir, je ne vois pas d’autres moyens de parvenir jusqu’à lui. Il y a beaucoup trop de monde pour à l’intérieur pour le retrouver. Ca aurait parfait avec un peu de sucre mais je n’en ai pas… ». S’asseyant sur un caisson non loin de là, elle prit alors son mal en patience. Ce n’était pas dans ses habitudes, mais elle décida de poursuivre la conversation engagée un peu plus tôt. « Alors dis moi Edward comment es tu arrivé dans le 5 ? Tu arrives à t’en sortir dans la vie ? Et ne t’inquiètes pas pour les soins ce n’est rien, inutile de me rembourser. ». Brisant la miche de pain qui lui  restait, elle en tendit un morceau au blondinet avant de mordre dans ce qui lui restait.



Citation :
Avec mes plus plates excuses pour ce retard impardonnable...

_________________

   
If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Edward W. Knight
∞ Parchemins : 36

Re: Edward ღ « Everything could happen between now and never »   
Mar 19 Jan - 23:15



Everything could happen between now and ever
Edward ∞ Basile





    J’ignorais si Basile avait l’habitude d’appliquer ce genre de méthodes à son propre chat, mais sa confiance en elle rayonnait tellement que je ne pus contredire son choix tactique. Mais qu’aurais-je bien pu dire ? De toute évidence elle s’avait comment s’y prendre et mois pas, me plaçant ainsi en position délicate pour critiquer.

     En cet instant, le soleil avait commencé sa lente descente sur l’horizon. D’ici on pouvait le voir qui prenait des tintes orangées en se couchant sur les eaux tumultueuses de l’atlantique. Avec lui s’était levé un vent nordique, qui pénétrait par les trous mals rapiécés de mon vieux jean, frigorifiant ainsi chaque parcelle de mon corps. Ici habituel, c’était lui qui usait chacun d’entre nous avec le temps. Ce vent humide et salé, qui faisait claquer nos vêtements et desséchait nos mains. J’aurais donné bien des choses pour retourner en vacances à Hawaï comme par le passé... Je pouvais déjà m’imaginer là-bas, en train de mourir de chaud sous le climat tropical.  Mais la vue des marchands en quête de gagne pain me remit douloureusement sur le droit chemin. De toute évidence, la réalité peut parfois se faire aussi violente qu’un casse-noisettes.
     Elle s’assit sur un caisson non loin de là, presque plus déterminée à attendre Chalk que je ne l’étais moi-même. Toujours aussi frigorifié, je ne pus me résoudre à faire de même, et me contentait de poser mon sac au sol, dans un nouveau tintement peu discret.

- Alors dis moi Edward comment es tu arrivé dans le 5 ? Tu arrives à t’en sortir dans la vie ? Et ne t’inquiètes pas pour les soins ce n’est rien, inutile de me rembourser.

- Oh, m’étonnais-je.

En temps normal, peu de gens posaient cette question. Et pour être plus précis, jamais je n’y avais répondu depuis mon arrivée ici. Ne laissant pas pour autant mon idée de la remercier de quelque manière que ce soit, je tentais de répondre.

- Et bien... commençais-je hésitant. Un peu comme la majorité des gens je suppose. Bien qu’au fond je suppose que c’est plus le fait d’avoir refusé de quitter notre foyer qui nous a conduit ici.

« Conduit ici » ... voilà de biens gentils mots pour signifier de se faire expulser de chez soi à grands coups de pieds dans les fesses.

- Plus que la grande révolte je veux dire...

Mon épaule me fit alors psychologiquement mal, si bien que je ne pus m’empêcher de passer mes doigts glacés sur mon cou, effleurant le bout de ma cicatrice. Véritable erreur stratégique pour conserver la chaleur du corps.
Je frissonnais.

- Et toi ? La dernière fois que je t’ai vu, tu volais sur un balai dans les airs, en faisant hurler une foule dans les gradins...

Etais-je trop insistant avec cette histoire de quidditch ? Après tout cela devait lui manquer à elle aussi. Voir même plus qu’a moi vu sa manière de voler sur un balai. Il aurait mieux valu que je n’en rajoute pas, mais c’était comme si ma bouche se refusait d’écouter mon esprit.
  Je me rappelais avoir lu Le quidditch à travers les âges à la bibliothèque de Poudlard. Papa avait refusé tous livres concernant la magie dans l’enceinte de l’appartement. « C’est un signe de magie et ça pourrait porter à confusion avec la famille moldue. » s’était-il justifié. A ce moment, Stan, avait limite insulté ma manie de sourire bêtement chaque fois qu’un passage m’avait plut. Comme si j’aurais du rester de glace face à un tel ouvrage... bien entendu il m’avait alors conseillé d’autres ouvrages que j’avais bus dans l’immédiat tels que Il volait comme un fou, Les Merveilleux Vagabonds de Wigtown ou encore Le Noble Sport des sorciers...
  Aussi comment aurais-je pu cesser d’y faire allusion ?







Citation :
Je te pardonne ne t'inquiète pas ^^ Tout le monde peut se trouver être occupé par autre chose que le forum ;p

_________________

Edward W. Knight
"La nature fait les sorciers semblables, la vie les rend différents"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

Re: Edward ღ « Everything could happen between now and never »   
Revenir en haut Aller en bas
 

Edward ღ « Everything could happen between now and never »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Edward aux mains d'argent
» Le p'tit jardin d'Edward W. Flower ∼
» La surprise. [PV : Edward, Era]
» « How could this happen to me ? » •• feat Zadig (ROUE DE L'ECRITURE)
» Edward Hopper, un américain à Paris...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Blood Games :: Le Royaume Uni :: District 5-